MASSIF de L'AURÈS

Coll. Bernard Venis.-Extrait du Guide du pneu Michelin (dit "Guide vert"), Algérie-Sahara, 1ère édition, 4è trimestre 1956 ...pages 61 à 66.
Vu de Biskra ou de Batna, l'Aurès apparaît comme un massif puissant barrant l'horizon de sa lourde masse difficilement pénétrable, refuge de l'individualisme berbère depuis des siècles. Ce massif qui se dresse au-dessus du chott Melrhir constitue un obstacle que de tous temps la circulation a préféré contourner.

Pays curieux par ses habitants et par la variété de ses paysages, l'Aurès présente tour à tour au touriste un désert de pierres, d'argile ou de sable, des coteaux verdoyants, de fraîches et riantes vallées, les horizons monotones de ses plateaux, des ravins, voire des carions grandioses creusés par ses oueds, des vergers en fleurs, des palmiers au panache verdoyant, des cimes enneigées et des forêts de cèdres.

Dans cette nature étrange surgissent, çà et là, les dechras, villages aurasiens, perchés en nid d'aigle sur la cime d'une falaise verticale ou à l'extrémité d'un piton rocheux dans des sites défensifs. Ils sont généralement couronnés par ces étranges greniers fortifiés que sont les guelaas.
..............................
LE PAYS DE DIHYA LA KAHINNA
Dihya ou Damya, dite la Kâhinna, maîtresse de l'Aurès est une héroïne plus ou moins légendaire qui, à la fin du 7è s., s'opposa à la première invasion arabe en écrasant l'armée d'Hassân, fils d'En-NôMan, et fut tuée au cours d'un nouveau combat contre ce même ennemi cinq ans plus tard.

Reine de la tribu de Jerâoua, elle incarne le caractère farouche et impénétrable de son pays. Son souvenir survit depuis plus de 12 siècles chez les Aurasiens qui l'ont auréolé de légendes. Elle fut sans doute chef d'une grande tribu, fait peu surprenant en pays berbère où les femmes passent pour détenir un pouvoir surnaturel et jouent un grand rôle social.

La résistance de la Kâhinna ne fut pas la seule manifestation du caractère indépendant et un peu farouche des Berbères de l'Aurès. Déjà les Romains avaient dû créer une ligne de postes fortifiés au débouché des vallées pour contenir leurs incursions et, en l'an 145, la 6è légion Ferrata, venant de Syrie, gravait dans la pierre le souvenir de son passage des gorges de Tighanimine, comme d'un exploit d'ordre militaire. Les Byzantins, trois siècles plus tard, durent se retrancher dans des forts établis au Nord du massif. Celui de Timgad en est l'un des meilleurs témoignages. Après leur victoire sur la Kâhinna, les Arabes pénétrèrent à leur tour dans l'Aurès mais ils ne purent assimiler à la grande unité du monde musulman ce pays qui était déjà resté en dehors du catholicisme orthodoxe et conserve encore quelques-uns de ses rites religieux millénaires.

Réduite, ni par les Romains, ni par les Vandales de Genséric, ni par les Turcs, ni par les Arabes, cette population se soumit, en 1845, à la colonne Bedeau. Mais, cinq ans plus tard, pour venir à bout des résistances persistant dans tout le pays, l'armée française devait détruire le village de Nara, près de Menâa ; cette bataille meurtrière pour les soldats n'atteignit ni les femmes ni les enfants mis à l'abri derrière un col. En 1859, en 1879 et en 1916, de nouveaux mouvements insurrectionnels échouent. Le 1er novembre 1954 les troubles qui éclatèrent en plusieurs points de l'Algérie ensanglantèrent l'Aurès.


(suite dans le PDF ou le Word joints)


url de la page : http://alger-roi.fr/Alger/aures/aures.htm

mise sur site : mai 2020

100 Ko
retour
 
Massif des Aurès
Massif des Aurès
d'après Guide vert Michelin
(carte Michelin, n°172 ,plis 8 et 18)
clic sur la carte pour un format plus large.
mars 2019
galerie de vignettes et cartes postales
   
  Texte :extrait du Guide vert Michelin, PDF Le massif de l'Aurès
  Sites et curiosités
  La vie aurasienne, extrait Guide vert
Dans les environs
  Arris , capitale de l'Aurès
  Khenchela
  Lambèse
  Timgad
  Tkout
Textes
18-11-2005...+ sept. 2013
Urbanisme, architecture à Alger, en Algérie - La maison de l'Aurès
Algeria et l'Afrique du nord illustrée, revue mensuelle, noel 1938, n°68 .Édition de l'Office Algérien d'Action Économique et Touristique (OFALAC), 26 bd Carnot ou 40-42, rue d'Isly, Alger
aout 2005
Alger, Algérie : documents algériens - Série monographies : coutumes
La vie économique du Chaouia de l'Aurès
. - Vue d'ensemble -
8 pages - n°3 - 1er décembre 1948
10-08-2003
-L'Algérie touristique : chapitre 2 - ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DU TOURISME - Cahiers du Centenaire de l'Algérie, n°V - Publications du Comité National Métropolitain du Centenaire de l'Algérie - Alger, février 1930