KHENCHELA, KENCHELA, KENCHELLA,

DE BATNA à KHENCHELA (Guides bleus hachette, 1955.-)

105 k. Khenchela (ch. de fer, p. 30; services automobiles pour Batna, Aïn Beïda et Constantine, Auguste-Comte ; — hôt.très simples), ch.-l. de canton de 11.800 hab., (note du site: 28 000 en 1962).
ch.-1. d'une commune mixte de 86.500 hab., à 1.200 m. d'alt., position stratégique importante au débouché du passage qui s'ouvre entre l'Aurès et les plateaux des Nemencha (p. 406).

Khenchela est sur l'emplacement de l'ancienne Mascula, qui était, de même que Lambaesis et Thamugadi, une des grandes villes romaines jalonnant le versant N. de l'Aurès.
L'armée française atteignit Khenchela en 1850 après de violents combats et une résistance des plus ardues et mit en place une administration militaire. Des travaux d'organisation de la ville furent entrepris. Les premiers colons français furent autorisés à partir de 1878. L'administration militaire dura jusqu'en 1912.

ENVIRONS. - Khenchela, par sa situation au pied des pentes N.E. de l'Aurès, peut être pris comme point de départ d'excursions dans ce massif, notamment pour la visite de la vallée de l'oued El Arab.
1° Ksar Baghaï (12 k. N. ; chemin carrossable par, 10 k., Auguste Comte), sur l'emplacement de la ville romaine de Bagaï, qui fut, au IVe centre principal des donatistes, schismatiques en lutte avec les catholiques : restes d'une grande enceinte byzantine construite par Solomon au VIe s., avec tours rondes et carrées. A l'intérieur, au N., les ruines d'une citadelle renferment un donjon. Des rangées de colonnes indiquent probablement l'emplacement d'une mosquée.
2° Fontaine-Chaude (6 k. O. par route carrossable, dont 3 k. sur la route de Batna et 3 k. sur un embranchement à g. en forêt), en arabe Ain El Hammam, source thermale appelée dans l'antiquité Aquae Flavianae, où se voient des restes intéressants de thermes romains : deux grandes piscines, l'une ronde, l'autre rectangulaire ; les eaux sont chlorurées sodiques (60 à 75°). — De là, un sentier forestier conduit, par le djebel Akar (1.307 m.), à (15 k. S.-O.) la maison forestière d'Ain Mimoun ( V. 3°).
3° Forêt de cèdres des Ouled Yakoub (28 k. O. jusqu'à Ain Mimoun par route carrossable, dont 15 sur la route de Batna et 13 sur chemin forestier se détachant à g. par le Faid Iskiouene, la maison cantonnière de l'oued Isouel (1.058 m.) et le col de Titi Ala (1.334 m.), sur le flanc de la montagne du même nom). — Cette forêt, de 9.000 hect. de superficie , renferme des cèdres de très belle venue et très sains, que l'on pourra admirer soit de la maison forestière d'Ain Mimoun, soit (2 k. O. de la précédente) du gourbi forestier du djebel Faraoun (1.345 m.). — D'Ain Mimoun, les piétons pourront regagner Khenchela par le sentier forestier qui relie directement Ain Mimoun à Fontaine-Chaude ( V. 2°),
4° Djebel Djahfa (10 k. S., à g. de la piste de Khanga Sidi Nadji) — Le djebel Djahfa est une montagne isolée (1.171 m.) qui se termine par une table bordée, au S. et à l'O., d'escarpements verticaux portant les ruines d'une guelaa.


url de la page : http://alger-roi.fr/Alger/kenchela/kenchela.htm

mise sur site : mars 2013...août 2016

28 Ko
retour
 
Pour situer Khenchela Pour situer Khenchela
8- 2016 galerie d'aperçus
   
  Barrage de Foum El Gueiss