Birmandreis : le huitième arrondissement du Grand Alger

Guides Bleus 1938 :Tramways électriques : de la Grande Poste à la Colonne Voirol.
-----D'Alger à la Colonne Voirol 7 k. Birmandreïs (hôt. des Platanes), du nom de Bir Mourad Reïs, le puits de Mourad le capitaine, célèbre renégat flamand qui opéra jusque sur les côtes d'Irlande ch-lieu. d'une commune de 8 376 hab. dont 4 794 Français et 1 117 étrangers, dont la fondation remonte à 1835. La fontaine date de 1733. Le vallon et ses abords, très fertiles, produisent des primeurs, des oranges et du raisin.
-----ENVIRONS.1°/ Marabout de Sidi Yahia (à 15 min.), par de jolis sentiers, au milieu d'oliviers centenaires et de pins majestueux (belles vues). 2°/ Ravin de l'oued Kerrna Tixeraïn et Kadous (4 k. env. O.). - On y peut aller par une route à dr. à la sortie du village; mais il sera préférable, si l'on est à pied, d'utiliser l'un des sentiers qui se détachent à g. de cette route et qui conduisent à l'oued Kerma (plus court et plus pittoresque). Tixeraïn est un hameau indigène sur la rive g. de l'oued (zaouia rahmania, figuiers et bois de pins). A 1 500 m. en amont, sur la même rive (demander au propriétaire du Sanatorium l'autorisation de passer), café maure de Kadous, dans un joli site, au bord d'une route par laquelle on pourra regagner la Colonne Voirol (à 3 k. 6 du café).
-----10 k. Birkadem (en arabe : le puits de la négresse p; hôt-rest.), ch-l d'une commune de 5 .671 hab. dont 1 577 Français et 226 étrangers. Sur la place, en face de l'église : jolie fontaine mauresque, construite par le dey Hassane Pacha en 1797; monument aux morts, par Spinoza et Valériola.

url de la page : http://perso.wanadoo.fr/alger-roi.net/alger/birmandreis/birmandreis.htm
mise sur site le 25/11/2002...mise à jour :mars 2021

15 Ko
retour
 
  Plan , un peu de travers, de 78 ko, prenez patience
  Galerie d'aperçus : cliquer sur la photo pour agrandir
mars 2021
Une grotte de N.-D. de Lourdes a inaugurée
  LA MUNICIPALITÉ DE BIRMANDREIS a inauguré, hier, les rues Guy-Moquet, Frères-Martel et du 8-Novembre
sept. 2019
Inauguration de la nouvelle ligne de trolleybus entre Alger et Birmandreïs
juin 2019
Birmandreïs a inauguré le monument aux morts des deux guerres
déc. 2014
17 décembre 1843 - création de Birmandreis - Echo d'Alger - 1912
  Quand tout Alger courait chez un guérisseur du Ravin de la Femme sauvage, gamt n°48
  Birmandreis en 1900, extrait de la revue du gamt, n°71, 2000/3..
  les Sources ...de Birmandreis, extrait de " aux échos d'Alger, mars 1999, n°64
  Photos de classe
  COMMUNES ET VILLAGES FRANÇAIS DU SAHEL D'ALGER - 1830-1962 - Textes et illustration : Georges Bouchet
24-2-2007
des territoriaux de la UT 197
20-4-2006
des conscrits, de Birmandreis et Redoute
27-9-2005
Origines du nom "Le ravin de la femme sauvage"
6-3-2021 : Je suis Max Nicolleau, né à Birmandreis le 22-02-1952, et mon père travaillait dans la scierie SOCIBOIS qu’évoque Madame Bensekhar (son nom de jeune fille), car elle habitait en face. Nous sommes partis en décembre 1957, selon mes informations, j’étais par ailleurs scolarisé à l’externat Sainte Marie, et j’ai de vagues souvenirs de notre voisin le forgeron (à priori, Monsieur Fougeron), également évoqué par Madame Bensekhar.

En fait, la scierie SOCIBOIS appartenait à mon oncle, Daniel Chisportich, qui habitait une maison mitoyenne, et qui était marié à Germaine Nicolleau (nom de jeune fille), ce qui donne du lien à l’histoire, puisque mon père s’appelait Gilbert (frère de Germaine) et avait quitté sa Vendée natale (85-La Caillère) pour tenter l’aventure algérienne. Nous étions logés dans les locaux de la scierie, et j’ai des souvenirs d’orangers, dont mon père cueillait les fruits de la fenêtre de l’étage.

Je ne sais pas si cette « bouteille à la mer » pourra apporter quelques éléments supplémentaires à vos correspondants, mais je reste de mon côté ouvert à tout échange pouvant raviver cette période fort lointaine pour moi, et certes très « nébuleuse », puisque j’avais 5ans et demi lorsque nous sommes rentrés en France.

En tous cas, merci déjà pour votre énergie, et la bonne consistance de votre site

Cordialement

Max Nicolleau

11-10-2006.-Madame Bensekhar, j' ai vu que vous recherchiez la famille Benejean Jeanine , Édouard, Henri, Raymonde ,qui sont mes frères et sœurs et moi même Mauricette .Oui je suis bien de la maison Jais de Birmandreis .Je vous donne mon émail '( pelis141518@aol.com.) je ne me rappelle pas de vous , mais j'espère faire plus ample connaissance .Au revoir , et à bientôt sur le site de mr Venis Bernard. Merci.
29 avril 2006 : À BENSEKHAR...J'ai perdu votre adresse. La fille de mme GINER voudrait vous contacter...
nov.2005 :"Je suis de Birmandreis, ...c’est avec une grande joie que je découvre chaque rue, et plein d’autres endroits qui sont restés intacts à ce jour.
-----Je cite par exemple, le centre de Birmandreis « aujourd’hui : Bir Mourad Rais » c’est à dire le puit de Mourad Rais un navigateur ottoman de l’époque de Barberousse le turk.
-----Commençant par l’école primaire se trouvant dans le centre de Birmandreis, j’y ai suivi mes 6 ans de scolarité, rien de changé aujourd’hui elle porte le nom de « El bahdja » qui signifie la joie en arabe littéraire ;
-----L’église est restée la même aujourd’hui c’est un tribunal
-----La mairie fait partie aussi du tribunal
-----La poste est toujours une poste sans grand changement mis à part quelques réaménagement à l’intérieur
-----Les immeubles existent toujours
-----Cependant il y a eu plusieurs démolitions et reconstructions un peu partout on ne retrouve pas tellement les mêmes repères que sur les anciennes photographies.
-----Le plus important c’est que le centre de Birmandreis la placette est toujours le même les anciennes bâtisses n’ont subi aucun changement de l’extérieur ce qui rend plus facile leur repérage.
-----Même le puits que vous avez appelé « petit mausolée » photographie de 1909, est à sa place sans aucun changement.

-----Le ravin de la femme sauvage est complètement transformé, vous ne le reconnaîtriez pas du tout du fait qu’il y a une route nationale et beaucoup de constructions sur les deux côtés de la route, immeubles, cités, entreprises, ponts, jusqu’à l’embouchure de ruisseaux.

-----J’ignorais complètement l’existence des grottes et des sculptures se trouvant dans le ravin de la femme sauvage, j’en prend connaissance grâce à vous, je ne pense pas être la seule, beaucoup de gens d’ici ignorent leur existence, non pas par manque d’intérêt mais plutôt par manque de médiatisation et d’intérêt de la part des autorités locales…. » SABRINA R.
22-04-2004:« Avec émotion, j'ai retrouvé des paysages et des visages. Je cherche des compatriotes qui auraient habité le lotissement de la Sapinière à Birmandreïs.
J'habitais ce lotissement avec mes parents de 1949 à 1953, chez nos grands parents VILLARD.La villa qui avaient deux grans palmiers était située en face de celle des OUAZAN. J'avais pour ami Jacques DEVEVEY. J'ai fréquenté l'école de Birmandreïs, une année. J'ai été baptisé par l'Abbé Scotto.
Mes souvenirs sont confus. Je revois le cinéma et en face du cinéma une grotte miraculeuse ? Mon premier film : Fantasia de Walt Disney. La descente de la Sapinière sur les épaules de mon père pour aller au cinéma. Le docteur Sullem ? Né en 1946, je suis resté à Birmandreïs jusqu'en 1953. M.BOUBEKEUR, le recteur de la Mosquée de Paris est de Birmandreïs.
Amitiés fraternelles.Jacques VILLARD jmvillard@(enlever ceci)wanadoo.fr

---- du 21-02-2004
-----:«Je suis née dans une maison qui se trouve sur la route nationale de Birmandreis et qui était la propriété de monsieur JAïS. Nos voisins s'appelaient Bénéjam, ils avaient plusieurs enfants: Mauricette, Janine, Henri, Edouard, Claude, Raymonde. J'ai été élève à l'école "La Concorde" dés son ouverture en 1958. En face de chez moi se trouvez une boulangerie (Gambier) un commerce de bois (Socibois) et un maréchal ferrand qui s'appelait Fougeron ( curieusement, à ce jour, son local existe encore mais est resté fermé. Des institutrices de cette période m'ont marquée. Il s'agit entre autre de madame Gener. Elle n'avait toujours pas quitté l'Algérie en 1963 et recevait ses élèves dans la ferme de son mari qui se trouvait sur la route de Tixeraine.Je cherche à mieux connaître cette période et à reconstituer la vie sociale de Birmandreis pour faire "ma lecture" des relations qu'il y avait entre les communautés. Tout peut m’être utile : photos, anecdotes, coupures de presses, informations sur les personnes ayant vécu là ou contacts. Mon nom de jeune fille est Bensekhar. Merci pour votre précieuse aide.

-Anciens de Birmandreis, El-Biar, Hydra, le Golf, contactez-moi : Gilbert Jean Soler - rue St Pierre /73460 Gresy-sur-Isère
-----Pour les photos de G.Bouchet et Denise Martin, écrivez-moi, je transmettrai.Merci.
Savez-vous que grâce à l'abbé DODARD qui l'a ramenée, la cloche " Bernadette " de la chapelle des Vergers de BIRMANDREIS vient de fêter ses 40 ans de pose dans l'église de St Jean-d'Illac/Gironde.