Alger :
le square Guynemer
ex-Bab-Azoun ou Laferrière
et square Plateau des Glières

-------Contrairement à Gérald, je n'ai jamais (autant que je m'en souvienne) mis les pieds dans ce square.
Le lieu de mes ébats était plutôt les jardins du Gouvernement Général, plus vastes et plus proches de mon domicile.
-------Je n'ai fait que, très peu de fois, longer ce square et encore, sur le trottoir d'en face, à gauche (quand on regarde la mer) pour, de la Grande Poste, rejoindre la rue Alfred Lelluch, ou le bd Carnot, guère la rue Maréchal Soult. Craignais-je que ce triangle, à l'instar de celui des Bermudes, ne m'engloutisse. J'ai eu tort : Gérald en a un p(n)eu réchappé !!!!

-------J'ai pu remarquer (mais me suis-je trompé) que ce square Guynemer occupait la place du Monument aux Morts jusqu'à la construction de ce dernier.Puis on l'a déménagé vers le bas du square Laferrière, du côté de la mer, sa place définitive. Il fut aussi dénommé square Laferrière puis Bab-Azoun ou réciproquement. De nos jours , je n'en sais rien. Mais oui,je le sais, puisque je l'ai lu sous la plume mulotisque de Gérald...Mais, je ne le dis pas. Il pourrait m'accuser de plagiat.


Extrait de Ceux de 14-18, PDF de Pierre Jarrige .- Le poète algérois Claude-Maurice Robert, qui a perdu un bras à la guerre, magnifie Guynemer :« De tous les héros, de tous les demi-dieux que la grande guerre a révélés, Georges Guynemer est le plus magnifique. Aucune tache en cette vie héroïque, elle a la splendeur d’une aurore printanière en sa courte durée. Guynemer est intègre, il est immaculé, pourrait-on dire, il semble qu’il ait fait le serment de Rodrigue : Je rendrai mon sang pur comme je l’ai reçu. Il est l’incarnation éblouissante des vertus de la race. Avec les beaux Saint- Cyriens de la promotion Montmirail, qui se parèrent pour courir au trépas, il est le génie le plus représentatif de la nation épurée, assagie, recréée au creuset des dures réalités de la tourmente. Il est celui qui ouvrit la marche ascensionnelle que nous, les survivants de la grande hécatombe, devons vouloir poursuivre opiniâtrement, il est celui qui montre les sommets que nous devons vouloir atteindre. Il est insuffisant d’admirer un Guynemer, il faut s’évertuer à l’imiter, à le continuer ! Guynemer avait pris cette devise : Faire face. Guynemer s’était donné cette mission : Servir. A son exemple, faisons face courageusement à toutes nos obligations individuelles et quotidiennes, à son exemple, donnons-nous une mission et sachons l’accomplir en toutes occasions, toujours, tous, et coûte que coûte. Alors,mais alors seulement, tant d’holocaustes acceptés n’auront pas été vains, tant de jeunes existences n’auront pas été fauchées inutilement, tant de bonheurs ne se seront pas évanouis en pure perte. Des splendides semailles fleuriront de splendides moissons.
Marc Bonas
Dernière citation de Georges Guynemer :
Mort au champ d’honneur le 11 septembre 1917. Héros légendaire, tombé en plein ciel de gloire, après trois ans de lutte ardente. Restera le plus pur symbole des qualités de la race : ténacité indomptable, énergie farouche, courage sublime. Animé de la foi la plus inébranlable dans la victoire, il lègue aux soldats français un souvenir impérissable qui exaltera l’esprit.

url de la page : http://alger-roi.fr/Alger/square_guynemer/square_guynemer.htm
mise sur site le 17-6-2008
...+ juin 2016

9 Ko / 9 s
retour
 
Squares Guynemer et plateau des Glières
Squares Guynemer et plateau des Glières

  Galerie n°1
2014
Inauguration de la statue de René Viviani
29-9-2008
ADJUDICATIONS ET TRAITES. - Exploitation de W.C. publics. Reconduction de la concession.
17-6-2008
ADJUDICATIONS ET TRAITES. - Adjudication de la concession du droit de faire circuler des jouets mécaniques dans les squares et jardins publics.
1. - Boulevard Laferrière et abords immédiats..

------Établi sur l'emplacement de l'ancienne porte d'Isly et de muraille déclive dans laquelle celle-ci était percée, le large boulevard Laferrière, orienté vers le S.-E., coupe presque perpendiculairement les artères maîtresses de la ville : le boulevard Carnot et la rue Alfred-Lelluch qui vont au N. ainsi que le boulevard Baudin les prolongeant vers le S. ; la rue d'Isly et son prolongement, les rues Charles-Péguy et Michelet ; l'avenue Pasteur et rue Berthezène qui, dans sa partie haute, le traversent de part part.
------Il est aménagé en square à gradins et fort bien entretenu. Dans la partie basse, qui a pris le nom de plateau des Glières, monument à René Viviani (1863-1925), par Sicard (1930), et à Jeanne d'Arc par Halbout (1930). Du côté N. s'élève l'hôtel des Postes (arch. Voinot, 1913) ; à l'E., du côté de la mer, le fort Bab Azoun occupé par l'armée, et le petit square Guynemer, orné d'un monument au célèbre aviateur, dû au sculpteur L. Fourquet (1919).( maintenant à Mérignac.)
----voir suite