Algerie: Djidjelli
Que vient faire Djidjelli (pas loin de Constantine et Philippeville) , ici, sur ce site? Hein? Dites-le moi? Pas l'endroit pourtant. Mais, j'avais quelques CPA. Alors, je n'ai pas voulu gâcher...

Guides Bleus 1955.- « 96 km de Bougie, ch.-l. de canton de 21.200 hab.,ch.-l., d'une commune mixte de 53.500 hab., à la lisière des plus vastes forêts de chênes-lièges de l'Algérie.Station balnéaire réputée (belle plage de sable fin), port de pêche et de commerce (liège).

Autrefois première capitale des Barberousse, Djidjelli, occupée en 1839 par les Français, ne reçut son ravitaillement pendant les douze années qui suivirent que par voie de mer ; les kabyles bloquèrent en effet étroitement la place jusqu'à sa délivrance du côté des terres par la colonne de Saint-Arnaud.

Jusqu'en 1929, le port n'était qu'un simple refuge abrité, du côté de l'Ouest et du Nord, naturellement par la Ville et la presqu'île de la Citadelle et artificiellement par une jetée de 750 m. de longueur établie sur une ligne de récifs.

Depuis cette époque, un programme de travaux a été réalisé qui a étendu le port vers le Sud jusqu'au fort Duquesne. La protection a été complétée par une jetée Sud, de 648 m. de longueur et un épi sensiblement Nord-ouest/Sud-est de 205 m. de longueur enraciné à l'extrémitéde la jetée Nord et laissant entre eux une passe de 220 m. ouverte vers le Sud-est par des fonds moyens de 17 m.

Le plan d'eau, de près de 48 ha., comprend une rade de 44 ha avec des fonds de 3 à 15 m. et une petite darse de 3 ha. 72 a. avec des fonds maxima de 3 m. pour les embarcations de pêche, abritée par une petite jetée et un môle de 140 m. de longueur.

Le port possède 450 m. de quais, 5 ha. de terre- pleins et deux cales, de halage.

En 1938, 943 navires sont entrés et sortis, représentant 527.100 tonneaux de jauge totale. Le trafic marchandises s'est chiffré à 15.400 tonnes aux importations et à 77.500 tonnes aux exportations.

Le port exporte surtout les produits forestiers des zones boisées s'étendant de Mansouriah à l'Ouest, à El-Milia à l'est et aux Babors au Sud, principalement des lièges bruts (en 1938, 15.900 tonnes, dont plus de là moitié à destination des États-Unis) des bois, charbons et ébauchons de pipes, des écorces à tan. La production locale des vins est expédiée par la mer.

Aux importations figurent les matériaux de construction et les produits alimentaires nécessaires à la région avoisinant immédiatement Djidjelli.

La pêche, pratiquée par trente-quatre bateaux, dont quatre chalutiers, a produit en 1938 près de 370 tonnes de poisson.

url de la page : http://alger-roi.fr/Alger/djidjelli/djidjelli.htm
mise sur site le 16-09-2004 ...remaniée : avril 2017

69 Ko
retour
 
Si vous voulez du lourd, cliquer sur l'image !
carte 172, djidjelli et alentours
16-09-04/ 2017
DJIDJELLI au coeur des Babors en petite Kabylie
  galerie d'aperçus, cliquer sur les vignettes
  Texte : ports maritimes algériens.