ASCENSEURS
ASCENSEUR de la RUE TANCRÈDE et de la rue Berthezène ( c'est le même.)

Présentation
Article 1
: On pourra dans quelques mois accéder aux bureaux du Gouvernement général par l'ascenseur de la rue Tancrède.
Article 2 : L'ascenseur de la rue Tancrède fonctionnerait au mois d'avril
Article 3 : Les personnalités qui inaugurèrent l'ascenseur de la rue Tancrède, sous le hall d'entrée de la rue Berthezène,...
Article 4 : EN DIX SECONDES,..... l'ascenseur de la rue Tancrède a été inauguré hier matin...(ce titre prete à confusion)

Echo d'Alger du 6 août 1935, du 13-6-1936, - Transmis par Francis Rambert
mise sur site : mars 2014

330Ko
retour
 
Présentation
Texte issu , avec autorisation, de la revue n° 71 "A.F.N. Collections"

http://afn.collections.free.fr/pages/bulletin.html


sur site : octobre 2012



Rue Tancrède , perpendiculaire à la rue d'Isly. Une sorte de cul de sac prolongé par un long tunnel (en tirets sur le plan) au bout duquel un bureau des
TA où j'allais faire renouveler mon abonnement au tram et un ascenseur qui aboutissait rue Berthezène vers la salle Pierre Bordes, au bas du Gouvernement Général. Mon quartier, en quelque sorte, : rue Dupuch, rue Mogador, rue Saint Augustin.
Plan, collection B.Venis
Plan, collection B.Venis

Article 1
Echo d'Alger du 6 août 1935
alger,l'ascenseur de la rue tancrede et berthezene

Depuis un mois environ, les travaux pour la construction de l'ascenseur des bureaux du Gouvernement général sont commencés.

Cet ascenseur sera divisé en deux cages : la plus grande réservée au personnel du Gouvernement général, l'autre pour être mise à la disposition du public. Cette initiative sera accueillie certainement avec satisfaction par les nombreux habitants du vaste quartier Laferrière.

Partant de la rue Tancrède, derrière le groupe scolaire de la rue Négrier, l'ascenseur franchira 22 mètres de hauteur pour atteindre un tunnel creusé sous la rue Berthezène et dont la sortie aboutira à côté du poste d'émission de Radio-Alger.

Notre cliché représente : à droite, l'échafaudage de la rue Tancrède pour le creusage du puits et les travaux du souterrain ; à gauche, l'échafaudage de la rue Berthezène pour les travaux d'aboutissement du souterrain, soit la sortie.

Article 2
Echo d'Alger du 13-6-1936 : L'ascenseur de la rue Tancrède fonctionnerait au mois d'avril

Les travaux de construction du tunnel qui reliera la rue Tancrède au Gouvernement général et facilitera l'accès de tous les quartiers supérieurs environnants sont en voie d'achèvement. On procède actuellement à l'installation électrique et on dit qu'au mois d'avril l'ascenseur pourrait étre ouvert au public.

L'ascenseur de la rue Tancrède fonctionnerait au mois d'avril

Article 3
Echo d'Alger du 5-6-1936

Les personnalités (lire l'article 4) qui inaugurèrent l'ascenseur de la rue Tancrède, sous le hall d'entrée de la rue Berthezène, à côté du gouvernement général. (proche de la salle Pierre Bordes)

Les personnalités qui inaugurèrent l'ascenseur de la rue Tancrède

Article 4

Echo d'Alger du 5-6-1936


De la rue d'Isly, pour gagner les bureaux du Gouvernement général, rue Berthezène, il faut cinq bonnes minutes, pédibus cum, jambis, par les escaliers du monument aux morts ou par ceux de la rue Généraux-Morris, et l'on arrive essoufflé, maudissant la structure géologiqué d'Alger qui sépare si malencontreusement deux quartiers pourtant si proches.

En ascenseur — dans le luxueux ascenseur mis en service hier matin par la société deS T.A — il faut exactement dix secondes. Ainsi, l'effort et la fatigue sont remplacés par un véritable plaisir..

On accède à cet ascenseur rue Tancrède, à quelques pas de la rue d'Isly, par une galene longue de quarante-six mètres, dont les revêtements d'émail blanc brsilent sous les feux de nombreuses appliques électriques et rappellent les couloirs du métro.

Deux cabines, l'une pouvant enlever trente-deux personnes, l'autre douze seulement, font la liaison avec la rue Berthezene qui se trouve à plus de vingt mètres — 21 m. 27 exactement —au-dessus du point de départ.

Rue Berthezène, on débouche dans un vaste hall au-dessus duquel se trouve la salle des machines, petite usine remarquablement équipée des appareils les plus modernes qui assurent la plus complète sécurité aux voyageurs.

Mais on ne peut décrire la parfaite organisation de ce nouveau mode de locomotion. Seul un essai permettra aux Algérois d'apprécier cette innovation heureuse des T.A. : c'est ce que nous leur conseillons de faire.

Cette belle réalisation a été inaugurée hier, à 10 heures du matin, en présence de nombreuses personnalités algéroises parmi lesquelles no-ts avons reconnu : MM. Piolet, attaché au cabinet du gouverneur général, le représentant ; Balensi, directeur des Travaux publics ; de Lavergne, directeur des T.A., qui, fort aimablement, recevait ses invités ; l'intendant -général Lévy ; Varcollier, directeur des C.F.R.A. ; Jourdan et Aubry, directeur et président du conseil d'administration des T.M.S. Pinaud- Laparre, ingénieur en chef des T.A.; Renaud, ingénieur en chef du port ; de Malaussène, directeur de la compagnie Lebon ; Guiauchin, architecte, auteur du projet ; Durafour, qui donna avec précision quelques explications techniques; MM. Richier, Leclerc, Bernard, Pelsson, Dienot et Coste, conseillers municipaux, ainsi que M. Passani, inspecteur des T.A.

Après une visite de la chambre des machines et un double voyage — descente et montée — toutes ces personnalités se séparèrent non sans avoir félicité le directeur des T.A. pour son heureuse initiative.

Et maintenant, les Algérois ne se plaindront plus que les bâtiments du Gouvernement genéral ou les jardins en gradins du boulevard Foch sont inaccessibles... L'ascenseur est là, ils sauront en profiter.