Rue de Constantine à Alger
puis rues Colonna d'Ornano et Alfred Lelluch

quartier Liberté-Mairie

ligne(s) colorisée(s) = dernière(s) mise(s) en ligne

La rue de Constantine, au premier temps, joignait le square Bresson au square Laferrière (devenu square Guynemer).
Plus tard, elle perd ce nom et est partagée en rue Colonna d'Ornano ( 1943) + rue Alfred Lelluch.( suivie du bd Baudin)


Plan d'après Guides Joanne 1911.
Idem en 1949 (plan d'Alger-guide 1949).
À quelle date exacte eut lieu la séparation?
voir
En mars 1956, une publicité note : rue de Constantine.
Séparé en Alfred Lelluch/Colonna d'Ornano(plan d'Alger-guide 1956)


url de la page : http://alger-roi.fr/Alger/rue_constantine/rue_constantine.htm
mise sur site le 6-7-2005...+ avril 2017

50 Ko
retour
 
De Joachim RUBINI :« Suite aux travaux en cours de généalogie et biographie de Pierre André Guimet 1820-1874 (infirmier à l'Hôpital civil de Mustapha) et de son fils par ailleurs mon arrière grand père maternel c'est-à-dire Alexandre Joachim Guimet (bourrelier à la bourrellerie Bonnefoy : atelier au 107, rue de Constantine et magasin au 23, rue de Constantine = 22, rue Colonna D'Ornano dès 1945), en consultant une série de plan d'Alger de 1875 à 1960 - (le plan de 1875 est un plan cartographique d'Alger et ses très vastes environs avec les noms des titulaires de concessions de terres) -, je me permets de vous communiquer ce que j'ai découvert sur l'historique de la rue de Constantine :

- De 1888 et de avant 1903, la rue de Constantine se trouvait sur le front de mer. Le n° 129 se trouvait au niveau de l’entrée de l’Hôpital civil, plus précisément aux Poids Publics et elle débutait Place de la République
- En 1935, toujours dans le même sens, cette rue fut transformée rue Sadi Carnot (tronçon) au niveau de la place du Général Sarail, rue Charras, boulevard Michelet (tronçon), boulevard Bugeaud, rue de Constantine).
-
En 1943 (note du Déjanté: pas d'après le plan ci-dessus), la partie restante de la rue de Constantine fut rebaptisée rue Colonel Colonna D’Ornano et rue Alfred Lelluch.

Grâce aux archives familiales, à vos documents et aux archives de l'État-Civil d'Outre-Mer, j'ai pu localiser les différents domiciles d'Alexandre Joachim Guimet ainsi que ses trajets domicile-travail d'une part à pied et d'autre part en tramway. Toujours grâce aux archives de l'État civil, j'ai pu reconstituer l'emploi du temps professionnel de Pierre André en tant que témoin cité dans les actes de décès et de naissance pour la période de 1858 à 1864.



+ sept. 2016 galerie d'aperçus. Cliquer sur les photos pour les agrandir
février 2014 Remarques, compléments par et de Joachim Guimet-Rubini
  la liste des habitants de la rue de Constantine en 1900, 74 ko, format pdf
  quartier Liberté-Mairie