le lycée Gautier
Alger, 5 rue Hoche
(4è)

--------N'ayant rien trouvé sur ce lycée "Gautier", je me suis permis de "piquer" ce morceau à Jean-Charles Humbert, "Alger de ma Jeunesse, 1945-1962", aux éditions Jacques Gandini, (grâce lui en soit rendue), 7 rue de la Roquebillière, 06359 Nice Cedex 4.Les digressions en couleur sont les miennes.
--------Le lycée Emile-Félix Gautier, du nom de ce géographe saharien, ancien petit lycée (par opposition à "Grand Lycée",Bugeaud) de Mustapha, avait un air plus famille et, quand on l'avait connu par deux fois, on s'en souvenait mieux forcément.
---------Une bâtisse sans style, un quadrilatère banal ( pas comme Bugeaud alors!) dont l'entrée n'avait rien d'intimidant, (tandis que celle de Bugeaud, aoua!) une sorte d'aquarium dont le hall donnait, à droite, sur les bureaux de l'administration, (à Bugeaud, plusieurs bureaux) proviseur inclus et à gauche, sur la conciergerie. Sur l'un des murs, une plaque portait les noms des anciens élèves morts pour la France. Le dernier nom figurant sur la liste était celui de Jean Vogt. On franchissait ce hall et l'on accédait à la (la? les à Bugeaud) grande cour plantée d'arbres. À gauche, un bâtiment à deux étages avec, au rez-de-chaussée, la vie scolaire, le censorat et le surveillance générale ; à droite, un bâtiment identique avec les classes et la salle des professeurs. En face, les salles de sciences naturelles et quelques salles de classes. Le réfectoire était relégué au fond d'un long couloir. Une sorte d'annexe fut construite plus tard pour accueillir le premier cycle de la sixième à la troisième, augmentant la capacité du second cycle. Pour les élèves, cet univers était agréable et convivial au point que certains paraissaient ou étaient à peine moins âgés que leurs profs ! Cette ambiguïté prouvait, en tous cas, que les études étaient assez passionnantes pour y passer une bonne partie de sa vie. Il n'était pas rare de voir éclore ou s'achever au bal du lycée, à la fin de l'année, au Saint-George, des idylles entre lycéens et lycéennes. Les efforts des organisateurs lycéens, emmenés par Guy Piera, étaient récompensés quand la clarinette de Jean- Christian Michel faisait danser les corps et chavirer les cœurs.

url de la page : http://alger-roi.fr/Alger-roi.net/lycee_gautier/lycee_gautier.htm
mise sur site le 18-12-2003...retouchée :oct. 2016

 
retour
7 Ko / 8 s
mars 2016
Photos de classe dont 3 du lycée Mustapha
18-11-2005
Quelques photos de professeurs
6-5-2009/ oct. 2016
petite galerie d'aperçus (documents, caricatures,...)
5-4-2009
Du lycée Gautier à la haute couture, un espoir se lève : le modéliste Marc Vaughan- Echo d'Alger avril 1959
26-5-2008
Extension du Lycée Gautier. Lancement, au-dessus de la rue Edgar Quinet, d'une passerelle destinée à relier le Lycée à la future annexe.
19-10-2007
anecdotes diverses...2 pour le moment! La dernière du 19-10-2007
fév. 2014
Petite histoire d'un lycée d'Alger : le lycée Émile-Félix Gautier par Yves Sarthe
5-12-2009
À propos...du lycée Gautier, texte de Paul Garé (1987)
25-11-2009
les Allogènes (...d'une autre origine que les autochtones.) - Robert Esnault
2-03-2005
Texte de Jean Trimoulinard
2-05-2005
Candidats admis définitivement au BEPC, 1950
Alger Mustapha, le lycée

--------N'ayant rien trouvé sur ce lycée "Gautier", je me suis permis de "piquer" ce morceau à Jean-Charles Humbert, "Alger de ma Jeunesse, 1945-1962", aux éditions Jacques Gandini, (grâce lui en soit rendue), 7 rue de la Roquebillière, 06359 Nice Cedex 4.Les digressions en couleur sont les miennes.
--------Le lycée Emile-Félix Gautier, du nom de ce géographe saharien, ancien petit lycée (par opposition à "Grand Lycée",Bugeaud) de Mustapha, avait un air plus famille et, quand on l'avait connu par deux fois, on s'en souvenait mieux forcément.
---------Une bâtisse sans style, un quadrilatère banal ( pas comme Bugeaud alors!) dont l'entrée n'avait rien d'intimidant, (tandis que celle de Bugeaud, aoua!) une sorte d'aquarium dont le hall donnait, à droite, sur les bureaux de l'administration, (à Bugeaud, plusieurs bureaux) proviseur inclus et à gauche, sur la conciergerie. Sur l'un des murs, une plaque portait les noms des anciens élèves morts pour la France. Le dernier nom figurant sur la liste était celui de Jean Vogt. On franchissait ce hall et l'on accédait à la (la? les à Bugeaud) grande cour plantée d'arbres. À gauche, un bâtiment à deux étages avec, au rez-de-chaussée, la vie scolaire, le censorat et le surveillance générale ; à droite, un bâtiment identique avec les classes et la salle des professeurs. En face, les salles de sciences naturelles et quelques salles de classes. Le réfectoire était relégué au fond d'un long couloir. Une sorte d'annexe fut construite plus tard pour accueillir le premier cycle de la sixième à la troisième, augmentant la capacité du second cycle. Pour les élèves, cet univers était agréable et convivial au point que certains paraissaient ou étaient à peine moins âgés que leurs profs ! Cette ambiguïté prouvait, en tous cas, que les études étaient assez passionnantes pour y passer une bonne partie de sa vie. Il n'était pas rare de voir éclore ou s'achever au bal du lycée, à la fin de l'année, au Saint-George, des idylles entre lycéens et lycéennes. Les efforts des organisateurs lycéens, emmenés par Guy Piera, étaient récompensés quand la clarinette de Jean- Christian Michel faisait danser les corps et chavirer les cœurs.