Alger - l'Algérie
BREVES MONOGRAPHIES COMMUNALES
Les six communes de la deuxième ceinture du Fahs

Texte, illustrations : Georges Bouchet

o        SAOULA

mise sur site le 13-4-2008

260 Ko
retour
 

o      SAOULA

Historiquement Saoula est un village du plan Guyot, dont Guyot ne dit presque rien dans l'exposé de son plan adressé à son Ministre. Je ne recopie pas ce texte. Par contre, dans son rapport destiné au Gouverneur Général Bugeaud, il est si prolixe que je me permets quelques coupures pour ne retenir que l'essentiel.

Le territoire comprend une superficie de 470ha. Il est traversé dans sa plus grande longueur par l'oued Kerma qui, grossi en cet endroit des petits affluents qu'il a rencontrés dans sa course, présente en tout temps un volume d'eau assez considérable. Il sera donc possible aux colons, de pratiquer dans les terres qui leur seront concédées, des irrigations toujours fructueuses et même d'établir quelques usines …

La bonne qualité d'une partie des terres, de celles surtout qui sont contiguës aux environs de Drariah, compensent amplement l'aridité que l'on remarque dans la partie du territoire qui s'étend au sud du village, dans la direction de la plaine. Cette partie, couverte de broussailles, nous paraît très propre à l'élevage des bestiaux…

Toutes les familles pour lesquelles j'ai à soumettre des propositions, ont visité les lieux et attendent avec impatience la délivrance de leurs lots. Les travaux d'enceinte et de défense ont été concertés avec le Génie militaire, ainsi que le veut l'arrêté du 18 avril…Ces travaux sont considérables ; ils s'élèvent à 50 000francs, c'est-à-dire à un cinquième de plus que pour les autres villages… Ce village est le plus avancé et le plus éloigné des grandes routes de communication : rien ne devait être négligé pour placer la sécurité hors de toute question…

Dans ce texte le Comte Eugène Guyot, Directeur de l'Intérieur, souligne la prégnance des préoccupations sécuritaires dans l'esprit des responsables de la colonisation à Alger, et aussi le fait qu'à moins de 4km du grand camp militaire de Birkhadem la sécurité est encore précaire.

Il a vu juste en opposant la fertilité du nord de la commune et la médiocrité des terres du côté de la plaine. Mais il surestime le débit d'étiage de l'oued Kerma qui n'a permis ni d'irriguer, ni d'installer des usines. Cet oued ne traverse pas, mais longe la commune à l'est.

Le résumé du texte de l'arrêté du 18 avril 1841 se trouve dans la monographie sur Draria.

Le souci sécuritaire est confirmé par la lettre que l'architecte de la Province, Monsieur Guiauchain, a adressée au Comte Guyot le 9 février 1843. Les deux points à retenir sont le creusement d'un fossé de 1350m de long, et la construction de 4 corps de garde aux 4 coins du périmètre protégé, dont une tour à un étage.

Ce projet n'est pas resté lettre morte. Il a même été réalisé si complètement et si solidement que son tracé apparaît sur la carte du Sahel de 1873. C'est le seul village du Sahel représenté sur cette carte qui, à cette date, a gardé son glacis de protection. Il faut croire que la contrée avait été plus longtemps hostile aux implantations de colons qu'ailleurs.

La superficie de 470ha ne concerne que les terres concédées aux colons, qui ont dû recevoir des lots d'une dizaine d'hectares. Au village les 44 lots prévus initialement avaient chacun 600m². Chaque concessionnaire avait alors l'obligation de bâtir une maison sur son lot et de l'entourer d'une clôture solide et continue de telle sorte qu'il n'y ait pas d'espace non protégé entre les lots voisins.

Sur le plan extrait de la carte de 1873, il semble que l'architecte ait vu grand quand il a fixé les limites du village. En 1873 il reste encore beaucoup de places vides à l'intérieur de l'enceinte.

J'ai rajouté les limites d'une toute petite propriété dont il sera question dans le supplément.

Cliquer sur l'image pour une meilleure lecture ( 104 ko)
lettre que l'architecte de la Province, Monsieur Guiauchain, a adressée au Comte Guyot le 9 février 1843
lettre que l'architecte de la Province, Monsieur Guiauchain, a adressée au Comte Guyot le 9 février 1843

Cliquer sur l'image pour une meilleure lecture ( 39 ko)
plan extrait de la carte de 1873
plan extrait de la carte de 1873

Sur cette carte le " haut " n'indique pas la direction du nord, mais approximativement celle du N.N.E.
Les ouvrages de défense encore présents ne sont plus nécessaires. Une ferme isolée est déjà construite à un kilomètre du village. Il y en aura bientôt bien d'autres, notamment autour des routes de Draria et de Crescia.
Et le nouveau cimetière a été lui aussi déplacé à un kilomètre sur la route de Crescia, et hors de la vue du village.

Quelques dates

1843 - Fondation d'un centre de peuplement européen rattaché à la commune de Birkhadem
1859 - Premier mariage enregistré, entre Vidal Jorge et Bonet Francesca, deux Mahonnais peut-être.
Le registre ne précise pas l'église du sacrement ; Sainte Philomène à Birkhadem (village le plus
proche) ou Saint-François-Régis de Saoula dont j'ignore la date de construction. Le projet Guyot
avait rattaché Saoula à la paroisse de Douéra trop éloignée (9km).
1860 - Ouverture de la voie ferrée d'Alger à Blida avec un arrêt dans la commune, à Baba Ali.
Cet arrêt desservait en fait plutôt Birkhadem, grâce à une grande route directe ouverte en 1845,
qui était parcourue par des services de corricolos.
1884 - Saoula devient Commune de Plein Exercice
1920 - Inauguration du monument aux morts de la Grande Guerre
1930 - Inauguration de la cave coopérative de Saoula-Crescia
1954 - Nuit du 31/10 au 1/11 : un attentat du FLN provoque des dégâts à l'usine Cellunaf de Baba Ali
1956 - 6 mai Trois conseillers municipaux musulmans sont enlevés et assassinés par le FLN
1961 - Assassinat du Maire Baptiste Deschamps, 74 ans.
Il était Maire depuis 1947 et avait succédé à Nicolas Huss.

Le territoire communal

Cliquer sur l'image pour une meilleure lecture ( 120 ko)
Territoire communal de Saoula
Territoire communal de Saoula

Comme toutes les communes de la bordure sud du Sahel, le territoire dépendant de Saoula empiète sur la Mitidja. C'est même le seul dont la limite sud est repoussée jusqu'à la rive gauche de l'oued el Harrach. Il est donc triple.

Le nord est un plateau vallonné limité à l'est par la vallée un peu encaissée de l'oued Kerma (branche occidentale). C'est d'ailleurs un peu en aval de Saoula que se rejoignent les deux branches, dites orientale et occidentale, de cet oued qui fut un lieu d'embuscade dans les années 1830.
C'est là qu'il y a le plus de fermes, le plus de routes et le plus de vignes. C'est le Saoula des petits colons qui fait partie intégrante du Sahel viticole.

L'oued Kerma est à 100m d'altitude, et les collines culminent à 200m en bordure du talus sur la Mitidja.

Le talus, comme dans la commune voisine de Crescia domine de façon assez abrupte la plaine. Il est entrecoupé de ravins sans écoulement pérenne, et largement recouvert de broussailles. C'est le Saoula laissé aux indigènes par la colonisation. Il y a très peu de fermes et, du moins en 1930, il n'y avait aucune route directe vers la plaine. En 1950 il y en avait une qui prenait, au village, derrière la poste, continuait à travers les terres des Ouled bou Zoa et rejoignait le chemin de ferme qui aboutissait dans la plaine à une auberge signalée par la carte.
C'est la partie la moins européenne de la commune.

La plaine de l'Harrach est très basse : 20 mètres à peine. Elle était marécageuse avant les travaux de drainage du XIXè siècle. Dans les zones bien drainées on avait planté de la vigne. Bien que située dans la commune de Saoula, les gens résidant ici se sentaient plus proches de Birkhadem ou de Kouba que de Saoula, car les routes étaient bien meilleures.

Dans cette bordure nord de la Mitidja passent et la voie ferrée de Blida-Oran, et la RN1, celle de Blida et du grand sud par Djelfa et Laghouat. La station de Baba Ali est située à l'endroit où route et voie ferrée divergent : la route continue à suivre la limite basse du talus tandis que la voie ferrée coupe au plus court à travers la Mitidja pour atteindre Boufarik.

Il sortait de ses ballastières 600m3 par jour de graviers de toutes tailles
Il sortait de ses ballastières 600m3 par jour de graviers de toutes tailles

Baba Ali a longtemps été un simple arrêt, puis une gare somnolente. Elle n'a pris d'importance qu'avec l'installation d'ateliers industriels, avec en particulier une usine de travail de l'alfa, celle de la cellunaf, comme cellu pour cellulose et af pour alfa. On y fabriquait toutes sortes de papier, et notamment des papiers à écrire de qualité. Le papier sortait de l'usine par camion et les déchets étaient déversés dans l'oued sans traitement : l'odeur était ainsi acheminée jusqu'à Maison-Carrée où elle constituait un élément de reconnaissance olfactive de la ville. On savait qu'on s'approchait de la ville grâce à ce parfum, surtout en périodes de basses eaux, les plus durables.

Après 1945 on a mis en exploitation une gravière en bordure de l'oued. Les besoins de construction liés à la croissance du Grand- Alger et les chantiers de route lui offraient une clientèle assurée. Il sortait de ses ballastières 600m3 par jour de graviers de toutes tailles. La photo représente l'une d'elles.

C'est la partie industrielle de la commune de Saoula. Elle est extérieure au Sahel des géographes, même si elle y était administrativement rattachée. C'est un bout de Mitidja.

Le village centre

Il a un plan en damier classique, mais perturbé par le relief car il a été bâti sur les deux pentes d'un vallon : à l'est la pente est faible, mais à l'ouest, du côté de la mechta, elle est beaucoup plus forte. La route de Birkhadem à Douéra le traverse au prix de deux tournants à angle droit.

La rue la plus basse est séparée de l'oued Maktar par une zone inondable plantée d'eucalyptus. Cet arbre originaire d'Australie s'est si bien adapté à L'Algérie, qu'il en paraît originaire, tout comme le figuier de Barbarie.

L'eucalyptus est venu d'Australie. Il aurait été essayé à Bordj Menaïel, en Kabylie, vers 1860. Il connut ensuite un succès très rapide car le climat lui convient et parce qu'on lui prêtait la capacité d'éloigner les moustiques. Quand la pluviométrie le permettait, on en a planté à proximité de tous les villages de colonisation.

L'église consacrée à Saint François-Régis était en bas du village, dans la même rue que les deux cafés, mais à l'autre bout. Les deux cafés se trouvaient en bordure d'un grand espace non bâti : c'était commode pour les joueurs de boules qui avaient soif. L'école était proche de l'église.

La rue la plus pentue conduisait au village arabe( la mechta de la carte) et desservait au passage un stade au sol de tuf (pas de gazon en Algérie) et sans tribunes. Il existait avant 1939.

Deux photos prises à 30 ou 40 ans d'intervalle ; celle en couleurs est de 1963.
Sur les deux on voit le clocher de l'église.
La photo en noir et blanc a le mérite de montrer quelques fermes des environs.

Sur celle en couleurs les 3 maisons de gauche donnent sur la rue qui montait vers le stade et la mechta. La route est celle de Crescia-Douéra.

Sur l'autre agglomération de la commune Baba Ali, je ne possède et n'ai trouvé ni photo, ni carte, ni texte : seulement les allusions aux deux usines déjà citées. Je ne possède que la grille horaire des trains d'Oran pour 1871. Je ne les mets pas ici car les horaires ont sûrement changé, et il y a peu de commentaires à faire, sinon que les trains ne faisaient pas tous halte à Baba Ali, et, qu'à cette époque il n'y avait pas de train de nuit.

La desserte de Baba Ali était donc assurée par quelques trains omnibus, et celle de Saoula par les autocars de la société Seygfried, jusqu'au rachat de cette dernière par les Auto-Cars Blidéens. Saoula était le terminus d'une ligne qui montait d'Alger par Belcourt, le ravin de la femme sauvage et Birkhadem.

Supplément sur un minuscule colon

Il fut un temps où les journalistes paresseux ou malveillants associaient systématiquement l'adjectif gros au mot colon. Qu'il y ait eu des colons obèses (financièrement) c'est exact : mais pas plus que de gros exploitants agricoles beaucerons, picards ou artésiens.

Je ne peux pas rédiger un paragraphe sur les gros colons : il n'y en avait pas dans ma famille. Dommage pour moi. Mais je puis parler, en connaissance de cause, non pas d'un petit, mais d'un minuscule colon que j'appellerai Ferdinand. Dommage pour lui.

Ce colon avait acquis en 1939, en copropriété avec deux de ses sœurs, et grâce à un prêt consenti à des conditions très favorables par l'ancien patron de son père décédé à Kaddous, une propriété de 4,75ha. L'inflation du temps de guerre avait heureusement allégé la dette qui fut remboursée sans peine. Mais les 4,75ha, dont les ¾ plantés en vigne, n'ont pas grandi. La vigne, elle, a vieilli ; elle rapportait de moins en moins et des ceps commencèrent à mourir.
Sans verser dans un misérabilisme excessif je tiens à souligner ce que fut le destin d'un colon des plus modestes et d'un Français d'Algérie né en 1903.

Sa date de naissance lui a épargné et la mobilisation en 1914-1918, et sa montée au front en 1939-1945. Mais elle lui a tout de même valu quelques années sous l'uniforme. Je rédige le paragraphe ci-dessous tout particulièrement aux lecteurs trop jeunes pour voir été " appelés sous les drapeaux ".

         Le cursus militaire, banal, d'un Français d'Algérie né en 1903
Il a eu la chance de bénéficier, de justesse, de la loi du premier avril 1923 qui annulait la loi du 7 août 1913 et ramenait la durée du service de 3 ans à 18 mois. Pour suivre le parcours militaire des gens de son âge en Algérie (pas en métropole après 1940) le mieux est que je dresse le tableau récapitulatif de ses rappels sous les drapeaux.

1923 -1924 Service militaire dans le 39è régiment de tirailleurs algériens
1929 Rappel pour une période de 21 jours
1939 Rappel pour une période de durée non précisée. Restant dans les environs
d'Alger il obtint 3 permissions agricoles de 10 jours chacune.
1940 en juin, il est muté au 29è régiment de zouaves ; mais en août la défaite
et l'armistice signé le 22 juin à Rethondes ont mis Ferdinand en congé
pour une durée illimitée
1943 Rappel le 7 juin dans la brigade mobile des sapeurs pompiers
Envoi en juillet en Tunisie après la capitulation des forces de l'axe à Tunis
le 13 mai.

De juillet à décembre il est à Sousse.

Il faut savoir qu'à la suite du débarquement anglo-américain du 8 novembre
1942, il y eut en Algérie mobilisation générale des Français d'origine
européenne. Il n'y eut rien de semblable en métropole après le débarquement
du 6 juin 1944
1944 , en septembre il est mis en " affectation spéciale agricole " grâce au soutien du
maire de Saoula et renvoyé dans ses foyers, sans être démobilisé
1945 il est officiellement démobilisé le 30 juin, à 42 ans
1951 ,il est libéré de toute obligation militaire, à 48 ans

En 1943 et 1944 il était donc dans l'incapacité de s'occuper de sa ferme où vivaient alors ses sœurs et sa mère. La guerre qui l'avait éloigné, fournit à ses sœurs une main d'œuvre gratuite en mettant à leur disposition des prisonniers de guerre allemands de l'Afrika Korps ramenés de Libye et internés au camp de Paul Cazelles (Aïn Oussera). Il suffisait de les loger et de les nourrir. La ferme de Saoula obtint 3 prisonniers dont 2 nés dans la partie autrichienne du troisième Reich. Ces deux Autrichiens se sont révélés les plus utiles.

Dans cette affaire tout le monde y a trouvé son compte : la Direction du camp avait 3 soldats de moins à nourrir et surveiller, la ferme eut 3 ouvriers désireux de n'être pas renvoyés à Paul Cazelles et donc dociles, et les soldats se trouvaient mieux à la ferme qu'au camp de prisonniers.

L'allemand fut renvoyé à Paul Cazelles début 1945, à la demande de Ferdnand, et les deux autres à l'automne, en octobre ou novembre, à la demande du camp.

         Les Travaux et les Jours d'un minuscule colon

Ferdinand ne pouvait payer un ouvrier permanent : il assurait donc seul l'essentiel des travaux de la ferme, à l'exception du piochage de la vigne, au crochet, et des vendanges. Que le colon soit gros ou minuscule il devait respecter les salaires minima journaliers souvent réajustés en cette période de forte inflation : voir le tableau officiel reproduit ci-dessous. Les communes du Sahel étaient en zone I.

salaires minima
Ferdinand utilisait un vieux char à bancs reconverti et un mulet de location

En réalité les ouvriers préféraient être payés à la tâche plutôt qu'à la journée. Et pour les vendanges les porteurs étaient mieux payés que les coupeurs.

Les ouvriers étaient le plus souvent des " guiblis " (gens du sud) de la région de Tablat ; mais s'ils avaient le choix les colons préféraient les Marocains.

Pour transporter son raisin à la cave coopérative Ferdinand utilisait un vieux char à bancs reconverti et un mulet de location. La cave était à environ un kilomètre de le ferme. La photo montre l'opération du déchargement du raisin à la cave, après que le char a été pesé.

Ferdinand accomplissait seul toutes les autres tâches : la plus délicate étant la taille de la vigne dont dépendait la récolte. Les sarments coupés étaient apportés à la ferme pour être utilisés dans la cuisinière à bois.

Il y avait aussi, au printemps, les traitements chimiques contre les maladies et les parasites de la vigne : oïdium, mildiou et eudémis notamment. Il fallait surveiller l'apparition des vers de l'eudémis et les taches des maladies. L'oïdium se signale par un feutrage blanc et la boursouflure des feuilles. Il faut traiter avant que l'atteinte ne dépasse 15%. On saupoudre ou pulvérise du soufre en solution. Le champignon responsable du mildiou est américain ; il aurait débarqué en Europe en 1878. C'est à Bordeaux qu'on a trouvé la parade dès lors appelée " bouillie bordelaise ". Il s'agit d'une solution bleuâtre de sulfate de cuivre additionné de chaux et dilué dans l'eau. Ce produit devait être légèrement toxique : en général ceux qui l'utilisaient régulièrement avaient des mains très calleuses. Cette mixture était répandue, aussi souvent que nécessaire, grâce à une " sulfateuse " accrochée sur les épaules et portée sur le dos.

Lui seul attachait les rameaux et effeuillait partiellement quelques ceps pour aider à la maturation des grappes. A l'automne il s'efforçait, par marcottage, de remplacer les pieds manquants.

La vigne était l'occupation principale de Ferdinand et le seul revenu monétaire de la ferme qui devint bientôt insuffisant à cause du vieillissement des ceps. Heureusement la compétence œnologique de Ferdinand lui valut d'être chargé de la vinification et de la surveillance des vins à la cave coopérative de Saoula-Crescia. Ce complément de revenu fut le bienvenu sans assurer l'aisance.

Les autres récoltes n'étaient destinées qu'à la consommation familiale : pommes de terre, fèves, pois chiches et, près de la maison, des légumes poussant sans irrigation : des artichauts, mais pas de tomates. Une polyculture vivrière des plus modestes. A l'automne s'ajoutait la cueillette des poireaux sauvages qui poussaient dans les vignes après les vendanges.

Comme il était normal dans toutes les petites fermes on trouvait dans celle-ci élevage de volailles, de lapins et d'un porc. Ce sont les dames qui allaient ramasser l'herbe pour les lapins.

Bien sûr le travail n'était pas harassant tous les jours : il y avait des semaines chargées et d'autres non où Ferdinand descendait au village faire sa belote le soir ou sa partie de pétanque le dimanche. Mais jamais de vacances, jamais de voyage. S'il a pris le train pour Tunis c'est comme militaire. Il n'a jamais pris le bateau ; et comme il est mort en avril 1962, avant l'exode, il n'a jamais mis les pieds en France métropolitaine.


         Confort et inconfort des bâtiments de la ferme

Il ne faudrait pas que ces trois bâtiments fassent illusion. Ils sont tous les trois modestes. Le plus vieux est à gauche. C'est une maison classique de colon au XIXè siècle : une entrée par la cuisine et une pièce de chaque côté. Dans le prolongement une grande pièce où ranger l'outillage et le char à bancs. Après 1939 cette vieille maison a servi de débarras, et de chambre lors de grandes réunions familiales. De 1943 à 1945 c'est là que dormaient les prisonniers allemands.

La maison de droite est des années 1920 : c'est la maison d'habitation de Ferdinand et de ses sœurs. Il y a 4 pièces : 2 chambres, une salle à manger et une petite cuisine. La véranda protège l'entrée dans la cuisine.
Le bâtiment du fond a été rajouté en 1939 pour offrir un espace où installer une écurie et un WC. Derrière ce bâtiment il y avait une chambre pour héberger les ouvriers de passage.

moulin à café

           Enumérer les éléments de confort sera vite fait : il y avait les murs, le toit et l'électricité.

Les murs et le toit ont rempli leur rôle sans défaillir en protégeant les personnes et leurs biens contre les intempéries.

L'électricité servait à l'éclairage et pour un poste de radio posé sur une étagère et qu'on ne déplaçait jamais. Et c'est tout.

Le café était moulu à la main ; et l'eau bouillante était versée sur la poudre retirée du petit tiroir dans un entonnoir recouvert d'un linge de réforme à la texture appropriée.

      
     
J'appelle éléments d'inconfort tout ce qui manquait et qui nous paraît aujourd'hui indispensable.
Il n'y avait pas l'eau courante. L'eau était fourni par une citerne alimentée par les eaux de pluie ruisselant sur la toiture. La ferme n'a jamais manqué d'eau pour les besoins quotidiens des gens et des animaux. Mais on ne pouvait pas irriguer. L'eau était pompée par une pompe manuelle fixée au-dessus de la citerne, et qu'il fallait réamorcer de temps à autre.

Il n'y avait donc pas de robinet dans la maison, ni de salle de bains, ni de WC.

Il n'y avait pas de chauffage. Pas de cheminée, pas de poêle, pas de radiateur.
Il n'y avait que la cuisinière à bois qui réchauffait un peu la cuisine où l'on mangeait. En cas de grand froid restait à se réchauffer les mains, le jour, au-dessus des braises d'un kanoun (voir photo), et la nuit, avec des bouillottes au fond du lit. Le gel et la neige étaient rares, mais pas inconnus.

Il n'y avait aucun appareil électrique autre que la radio. Le lavage se faisait dans une bassine pour le petit linge, et dans une lessiveuse pour les draps et les serviettes. La grande lessive était une opération rare qui s'étalait sur deux jours, rinçage et étendage compris.

Il n'y avait pas le téléphone.

Trois progrès sont tout de même apparus entre 1939 et 1962.

Un WC a été aménagé dans le bâtiment au fond de la cour, avec porte , mais sans chasse d'eau.
Un réchaud à gaz butane a été acheté et remplacé la cuisinière à bois, sauf en hiver.
Un petit frigidaire à pétrole a permis vers 1950 de boire frais et de conserver les aliments les plus périssables. Sa flamme avait une très jolie couleur bleue. Auparavant on mettait des chiffons humides autour d'une gargoulette (cruche poreuse) pour que l'eau se rafraîchisse par évaporation de l'humidité.

Pour mettre fin à ces banalités d'un autre âge je voudrais évoquer le cas d'un animal très familier et injustement persécuté :il ne pique pas, il ne mord, mais il bourdonne, ajoutant ainsi du son au spectacle des lumières de l'été. Il s'agit de la mouche dont la présence n'était pas souhaitée, surtout dans la cuisine. Au-dessus de la table pendaient un ou deux rubans tue-mouches où les mouches venaient se coller et longuement agoniser. Le ruban était contenu dans un petit cylindre de carton, avec une boucle de fil au-dessus. On tirait sur la boucle pour dérouler le ruban que l'on accrochait où l'on voulait. Le spectacle était poignant ! On n'imagine mal pire maltraitance : comme la glu n'était pas toxique, la mouche ne mourait que de faim :ça prenait du temps.

Il est surprenant que de nos jours, si portés sur la repentance collective tous azimuts, aucun responsable de haut niveau n'ait songé à ajouter au calendrier des commémorations une journée de la mouche engluée, voire de pénaliser la négation de ce cruel supplice.

Contre les mouches et les guêpes il y avait aussi le globe en verre avec bain de vinaigre. Les insectes savaient entrer mais s'efforçant de sortir a travers le verre, s'épuisaient et se noyaient dans le vinaigre. Les mouches avaient une chance de s'en sortir, mais seules les surdouées avaient l'idée de faire demi-tour et de prendre le chemin d'arrivée à l'envers.

Quant à nous, descendons au village, là en-bas, pour prendre le car Seygfried

saoula