Sidi Ferruch,
CENT ANS APRÈS LE DÉBARQUEMENT à SIDI-FERRUCH
FRANÇAIS et INDIGÈNES
rendent hommage à l'œuvre de civilisation accomplie par la France

Sidi Ferruch. Dans le ciel gris les trois couleurs viennent d'être hissées,saluées par la musique du 13è régiment de tirailleurs sénégalais, à l'emplacement même d'où, il y a un siècle, jour pour jour, les canons du dey d'Alger tiraient sur les frégates françaises.
Peu de visiteurs encore, que canalise un service d'ordre impeccablement assuré par la gendarmerie, sous les ordres du capitaine Lieutaud et du conmandant Pujol. Je suis les glacis du fort, et sur la mer à peine agitée qui frange d'écume les pittoresques rochers de la presqu'ile, j'imagine le spectacle grandiose des trois cents batiments bricks, frégates, transports, de la flotte de Duperré.
lire la suite dans l'article de l'Echo d'Alger.

Echo d'Alger du15-6-1930 - Transmis par l'inestimable Francis Rambert

sur site : sept. 2014

80 K o
retour
 
CENT ANS APRÈS LE DÉBARQUEMENT à SIDI-FERRUCH

Article en sa totalité
Article en sa totalité
720 KB
colonnes 1 et 2
Colonnes 1 et 2
305 KB
Colonnes 3 et 4
Colonnes 3 et 4
384 KB
colonnes 5 et 6
Colonnes 5 et 6
250 KB

Voir ici, sur ce magnifique site : les cahiers du Centenaire



Ici, la liste des personnalités présentes.
Dans une grande tente, à flanc de coteau, non loin du monument commémorent l'arrivée des Français sur laterre, d'Afrique, M. Segond, maire de Staouéli, ouvre le livre d'or où - pieusement -signeront tous ceux qui aujourd'hui voudront, ici, évoquer le passé.

Avec ses adjoints, MM. Smith et Moretti, et son conseil municipal, il accompagne les délégations des sociétés locales qui, viennent déposer des palmes au pied de la stèle, au nom de la commune, de l'Avenir de Staouéli, du Souvenir français.

Ce sont l'excellente musique l'Avenir de Staouéli, qui tout le jour, charmera les hôtes de Sidi-Ferruch, et que conduit son président, M. Buonano; les mutilés et anciens combattants, avec M. Vigliano, le Club bouliste, dirigée par M. Germain Segond, le Club sportif, avec MM. Aymé Dussauje et Victor Plat, champion d'escrime 1930, à Alger.

Et nous reconnaissons déjà, parmi les visiteurs, MM. Adorno,maire, et le conseil municipal tout entier de Guyotville, Coudray, maire de Birtouta, Antonini, maire de Bouzaréa.

Au centre du village, près duquel des baraques foraines se sont installées, l'Avenir de Staouéli donne un brillant concert.

LA DIFFA

A midi,, devant le fortin désaffecté qui sert actuellement de chapelle, le commissariat général du Centenaire avait offert aux indigènes une diffa, de la parfaite organisation de laquelle il faut féliciter sans réserve MM. Garcin, Selnet et le capitaine Dejoas.

On y fit, grand honneur au couscouss et au plantureux mechoui qui avait été préparé pendant que l'orchestre El Moutribia jouait les airs de son répertoire.

L'après-midi .-AU MONUMENT COMMEMORATIF

C'est vers 3 heures et demie que commencèrent les cérémonies officielles.

La foule, déjà, s'était massée tres dense, sous le ciel redevenu bleu, autour du monument, difficilement contenue par la haie que formaient les tirailleurs du 13e sénégalais.

Devant le monument s'étaient groupés les sociétés d'anciens combattants et de mutilés, avec leurs drapeaux, ainsi que de nombreux représentants de la population indigène dont les étendards aux couleurs vives, surmonté du croissant, s'agitaient au vent, sous le soleil.

Conduits par M. Duclos, président des ligues d'athlétisme de l'Afrique du Nord qu'accompagnaient MM. Lacour, délégué du Maroc, Marcé, délégué d'Oran Thepenier, délégué de Constantine, Desplat, délégué de Tunis, Demay, de l'équipe de France, Lopez de l'équipe d'Alger, les membres des sociétés athlétiques vinrent d'abord déposer des palmes au pied du monument. Celle de l'équipe de France porte cette inscription : "Les athlètes de 1930 aux soldats de 1830"

La foule , autour d'eux, sans cesse grossit. C'est au hasard, et sans aucun souci protocolaire qu'il nous faut noter les personnalités que nous rencontrons : M. le préfet d' Alger et M. le secrétaire général Michel ; M. le président du Conseil de préfecture Cazenave ; Mgr. Leynaud, archevêque d'Alger et le Père Urnbrischt, aumônier militaire de Strasbourg, commandeur de la Légion d'honneur; MM. Galle et Vagnon, Si Salah, président des Délégations financières, le
Bach agha Ourabah ; MM. Bordères, Morad, Zevaco, Dromigny, Deshaires, Lorion, Hacène, Sarroui, Ghlalamallah. Ghorab, Ben Badis, M'Barek, délégués financiers ; Laussel, directeur de ia sécurité générale, Bentami, conseiller général, Guerrin, chef de cabinet du secrétaire général ; Brunel, maire d'Alger, Messerschmitt. Boumedine, Tiar, Hadj Amar, le général Meynier directeur des territoires du Sud ; les généraux Augé et Zoudot ; le colonel François, le capitaine Lehuraux, le médecin major Thouvenin ; le lieutenant Dugrais; M. de Beaucoudray, inspecteur général des forêts ; Sarrien Charles, conseiller de gouvernement : Dc Treille, Perrier, directeur de la (Dépêche Algérienne ; Winston Churchill, consul d'Angleterre ; Sabeta, consul d'Italie, Kohler, consul de Suisse, Buzutil,: conul de Monaco, le caid Latrèche de MOstaganem, le Cheikh ben Tekoun. le caïd Abd-el-Adhi. etc... etc...

Avec le Gouverneur général arrivent A, M. Massé, ancien ministre ; M. Teissier, président et les membres du Conseil d'Etat, les membres de la cour des comptes présents à Alger, le général Naulin. qu'accompagne le capitaine Bernard, l'amiral Bouis et son aide de camp, le commandant, Le Goffic. M. Marcel Bordes; le colonel de St-Maurice, le commandant Morier.

A leur descente de voiture le Gouverneur général et les hautes personnalités qui l'accompagnent sont salués par Segond, maire, Smith et Moretti, adjoints et le conseil municipal de Staouéli, par le préfet et le commissaire général du Centenaire.