Un homme d'honneur : Roger HOLEINDRE

 

« Certains attendent que le temps change, d'autres le saisissent avec force et agissent.» (Dante)

 

Roger Holeindre est né en Corse en 1929 dans une famille paysanne et ouvrièmere. Durant la guerre 39/45, pensionnaire à la Pension Clerbois à Rosny-sous-Bois, il est alors membre d'une troupe scoute clandestine et effectue de nombreuses missions de nuit pour la résistance. À la libération, quittant la pension sans autorisation, il enlèmeve, seul, deux mitrailleuses jumelées aux Allemands à la gare de triage de Noisy-le Sec, devenant ainsi un des plus jeunes résistants de France. À 17 ans, falsifiant ses papiers, il s'engage dans la Marine et part volontaire pour l'Indochine où il sert à la 1èmere division Navale d'Assaut. De retour en France, il se rengage aux Commandos Parachutistes Coloniaux et participe à tous les gros combats du Tonkin où il est blessé. Rapatrié sanitaire en métropole, il se porte aussitôt volontaire pour sauter sur Diên Biên Phu dèmes qu'il apprend le drame qui se joue là-bas.

Arrivé en Indochine, on lui annonce la chute du camp retranché. C'est l'anéantissement. Incorporé dans un bataillon de parachutistes, il participe aux derniers et terribles combats sur les hauts plateaux où le GM100 est anéanti.

Puis, c'est l'Algérie, où il se fait remarquer au sein du 8èmeme Régiment de Parachutistes Coloniaux en effectuant avec un effectif restreint au plus prèmes de la population musulmane, des opérations commandos en  tenue rebelle  dans les Aurèmes Nementcha et jusqu'en Tunisie. Grièmevement blessé dans un combat au corps à corps et hospitalisé à Philippeville, il réalise alors que l'armée française va gagner la guerre militairement, mais que De Gaulle la lui fera perdre politiquement. La mort dans l'âme, il quitte l'Armée et s'installe à Tébessa où il crée une maison des jeunes fréquentée majoritairement par des Musulmans. Cette activité sociale lui vaudra d'être cité en tant que civil à l'ordre de l'armée.

Les événements prenant la tournure qu'il avait pressentie, il participe alors au combat clandestin de l'Algérie française dans les rangs de l'OAS. Arrêté, emprisonné à la prison de Bône, il organise une évasion rocambolesque entraînant dans sa fuite ses camarades de détention. Reprenant aussitôt le combat, il  forme le deuxièmeme maquis Bonaparte. Encerclé par deux régiments d'appelés hostiles à l'Algérie française qui avaient arrêté leurs officiers, il se refuse à ouvrir le feu sur eux et n'accepte de se rendre qu'au Général Ducourneau qu'il a connu en Indochine. Lourdement condamné puis amnistié, il mèmene dèmes sa libération une carrièmere d'écrivain et de journaliste, devenant grand reporter à Paris Match.

En 1972, Roger Holeindre participe à la fondation du Front National. Elu sous cette étiquette, député de la Seine-Saint-Denis (1986-1988) et Conseiller régional d'Ile-de-France (1992-1998), il quitte ce parti le 15 janvier 2011. Parallèmelement, il crée en 1985 le Cercle National des Combattants qu'il préside depuis lors.

L'éloge d'un homme d'honneur est presque toujours un combat contre les préjugés. Quand il s'agit d'être juste envers celui qui, fidèmele à la parole donnée, a mis sa peau au bout de ses idées, je ne peux l'être à demi. Dèmes lors, je ne crains pas de heurter des sensibilités opposées, des susceptibilités grotesques, des erreurs d'appréciation qui ont acquis du crédit à force d'avoir été répétées. C'est bien assez que la vérité soit tardive ; il ne faut pas du moins qu'elle soit timide.

Un homme tel que lui ne pouvait être formé que par la nature. Taillé dans le roc, guerrier hors pair, infatigable baroudeur, patriote dans l'âme, Roger Holeindre dont le personnage s'apparente trèmes exactement à celui d'André Gide qui n'avait de cesse de répéter :  Quand je cesserai de m'indigner, j'aurai commencé ma vieillesse  , demeure à la pointe du combat prêchant sans fin la réconciliation et l'union nationale afin de lutter au mieux contre l'immigration invasion, le danger que représente l'intégrisme islamique et pour que la France, fille aînée de l'Église, reste à jamais une terre chrétienne.

                                                                                               José CASTANO

                                                                       e-mail : joseph.castano0508@orange.fr

 

- Le dernier ouvrage de Roger Holeindre : « QUE DIEU SAUVE LA FRANCE » -  Éditions d'Héligoland. 2012, ISBN : 978-2-36611-000-5, 1 volume 15 x 21, 428 pages. Édition normale : 29,00 euros, (vente par correspondance : 36 € franco, en lettre suivie). À commander chez le diffuseur EDH, BP 2, 27 290 Pont-Authou.

 

- Un extrait du discours d'anthologie de Roger Holeindre sur Jack Lang : http://www.youtube.com/watch?v=7VEJJGArfcI

 

-o-o-o-o-o-o-o-

 

Dimanche 6 Octobre 2013 - Fête du Cercle National des Combattants

 

sur le thèmeme  Hommage à l'Armée française d'hier et d'Aujourd'hui 

 

Au Château de LA CHAPELLE D'ANGILLON

Route Jacques Coeur 18380 LA CHAPELLE D'ANGILLON

 

Voir le site du château : http://www.chateau-angillon.com/

Et sa situation géographique : https://maps.google.fr/maps?hl=fr&ll=47.36192,2.435253&spn=0.001395,0.006486&t=m&z=18&layer=c&cbll=47.36192,2.435253&panoid=kwMHHlPcu0A6UQksnyoPeA&cbp=12,146.81,,0,1.34

http://www.chateau-angillon.com/

 

Entrée 5€ - Parking gratuit

 

Transport : Un autocar est prévu. Départ 06h45, Porte Maillot (PARIS) devant l'entrée principale du Palais des Congrèss - 30 euros par personne aller-retour - Inscription au 01.40.59.07.66

 

Nombreux stands variés - Programme de cette journée auprèmes du CNC – Tel : 01.40.59.07.66 (Repas sur inscription) – Buvette – stand casse-croûte.

e-mail : cerclenationalcombattants@orange.fr

Lien : http://www.cncombattants.org/22_agenda.php

 

- A cette occasion, le film de Robert SAUCOURT, président de l'Association pour la Mémoire de l'Empire Français : « Tu te souviens ? C'était Alger… », sera projeté.

e-mail : amefinfo@bbox.fr

 

- Dans le cadre de cette manifestation, une conférence sera donnée à 15h précise par José CASTANO sur le thèmeme :

 

« LES SEIGNEURS DE LA GUERRE »

 

- De l'Indochine à l'Algérie, la Légion étrangèmere au combat

- L'Odyssée et la fin tragique du 1er Régiment Etranger de Parachutistes en Algérie.

 

« De l'Indochine à l'Algérie, le conférencier évoque le vécu, l'héroïsme et les sacrifices de ces légionnaires, Fils de France non par le sang reçu mais par le sang versé. Ces soldats-loups à la démarche souple de félins, accoutumés à la chasse et au guet, infatigables dans le chaos minéral de l'Aurèmes, acceptaient le défi de la guerre dans  les défilés étroits comme des pièmeges, sur les pitons enneigés ou brûlés par le soleil, dans l'enfer du désert où le monde mort a chassé celui des vivants. Ces hommes, « soldats pour mourir », constituaient le plus beau régiment du mode ; jalousés, admirés et vénérés parce qu'ils étaient capables de mourir avec panache en criant : « Vive la Légion ! »

… Puis il y eut le 22 avril 1961 et le soulèmevement des meilleures unités combattantes dont le 1er REP était le « fer de lance »… sa dissolution et celle des plus belles unités parachutistes… l'émouvant adieu de la population de Zéralda à « ses » légionnaires… le « cessez-le-feu » et la fin tragique de l'Algérie française… Le génocide des harkis commençait. »

 

« La mémoire n'est pas seulement un devoir, c'est aussi une quête » (Commandant Hélie de Saint-Marc - 1er REP - " Les champs de braises ")

 

Ma biographie, cliquer sur : - Ma Biographie

 

Mes ouvrages, cliquez sur : -Ma Bibliographie –

 

En application des articles 27 et 34 de la loi dite "Informatique et libertés" No 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit de modification ou de suppression des données qui vous concernent. Vous ne recevrez jamais des courriels commerciaux ou pièmeces jointes de publicité de notre part.

Vous pouvez vous rayer de cette diffusion à tout moment en faisant  répondre », puis en tapant « NON »