----- Original Message -----
From: 
Cc:Sent: Monday, January 31, 2011 10:11 AM
Subject: Fw: DES IMANS MARIENT DES MINEURES "SOUCHIENNES".....!!

 
 

LES EUROPEENS DECOUVRENT

AUJOURD'HUI UNE DES APPLICATIONS DU CORAN ET DE SES TEXTES ANNEXES

 

 

 

C'est à croire que notre civilisation européenne, qui pratiqua, un peu partout, la colonisation, notamment dans des pays de confession musulmane, a totalement oublié ou feint d'ignorer, quels sont les pratiques de cette religion. Les pionniers européens, qui parcoururent le monde, n'ont-ils rien laissé à leur nation de leurs expériences de vie dans ces pays, où le Coran régit la vie des musulmans ?... 

Comment croire que les européens s'étonnent, encore, les préceptes du Livre sacré, de ses hadiths, de la Chari'a ?...

<< Mon beau navire ô ma mémoire - Avons-nous assez navigué - Dans une onde mauvaise à boire...>>

G. Apollinaire 

 

 Les citoyens de notre Europe actuelle sont complètement anesthésiés (par des médias complices)  ou frappés d'impuissance par manque d'esprit critique, par ignorance ou par démagogie craintive ( la peur d'être ''classés racistes") : ils sont nombreux, aujourd'hui, à "découvrir", avec stupeur, qu'en pays musulman - donc maintenant en "Europe musulmane" ! - des petites filles d'âge pubère, sont mariées régulièrement à des hommes mûrs, par des imams.

“Criminelle vérité”,  l'article ci-dessous, relate cette pratique au Danemark. Mais ce n'est qu'un exemple de ce qui se pratique généralement, ''dans le silence de l'imamat'', dans d'autres pays d'une ''Europe spectatrice" 

 hypocrite et complice : car un peu partout en Europe, les  lois démocratiques et la laïcité sont violées par les pratiquants de l'islam... quand ils ne s'attaquent pas aux autres religions !...

 

Enfant et adolescent, en Algérie, comme beaucoup de Pieds-Noirs, j'ai vu ces petites filles musulmanes,  jouant avec nous, dans notre rue, brusquement disparaître de nos jeux, vers l'âge de 11 à 13 ans.

Quand je demandais à Ali, leur frère, pourquoi Zaza, Yasmina ou Djamila ne venaient plus jouer avec nous, celui-ci nous répondait, qu'elles atteignaient l'âge de la puberté, qu'elles devaient vivre enfermer dans leur maison (gage de pureté, d'honnêteté) pour être promises à des époux proposés à leur famille, des époux souvent bien plus âgés qu'elles... ces petite filles qui n'avaient rien à dire...

Rien d'étonnant : les Français d'Algérie ou de Métropole savaient tout cela... l'application logique des préceptes du Coran. Mais imaginaient-ils, alors,  qu'une Europe malade de son Identité arriverait à cette extrémité ?...

Ainsi, dans cette Europe veule et permissive au regard de l'islam, << le sacrifice des agnelles>> (âgées de moins de 18 ans) risque fort de devenir,  une pratique courante, au profit des musulmans d'âge mûrs...

Un ministre français, d'âge mûr, lui aussi (52 ans) en se convertissant à l'islam, n'a-t-il pas, tout dernièrement,  épousé une jeune musulmane ayant la moitié de son âge (consentante celle-ci) ?... rétorquerons les imams satisfaits de cette réciprocité si bénéfique... Allah ou Akbar !...

 

Louis ALBERTELLI

  

 

-----------------

 

Objet : Fw: MoAr 2011 - DANEMARK=DES IMANS MARIENT DES MINEURES "SOUCHIENNES".....!!  

Le blog de Bivouac-ID


Danemark : des imams célèbrent le mariage de mineures danoises

Posted: 28 Jan 2011 06:09 PM PST

À ceux qui s’étonneraient que des imams puissent marier de jeunes filles à des hommes, rappelons qu’à l’âge de 52 ans, Mahomet, le prophète de l’islam, épousa Aïcha qui n’en avait que 6 ou 7, et qu’il eut des relations sexuelles avec l’enfant lorsqu’elle eut atteint l’âge de 9 ans. (Sahih Bukhari 5:58:234, 5:58:236, 7:62:64, 7:62:65, 7:62:88, Sahih Muslim 8:3309, 8:3310, 8:3311, Sunnan Abu Dawud 41:4915, 41:4917). Mahomet étant le « beau modèle » (dixit le Coran) que les musulmans doivent suivre, il n’y a hélas rien d’étonnant à voir ce genre d’histoires sordides se répéter régulièrement dans l’oumma musulmane. La religion d’amour ne dispose en effet pas d’âge minimal pour le mariage, les “savants” musulmans (comprendre les professionnels de l’obscurantisme) se font un devoir de le rappeler sur les ondes de télévisions arabes et d’y justifier les mariages d’enfants (voir ces deux vidéos : ici et ici ou cette déclaration du grand Mufti d’Arabie Saoudite ).

Un rapport a démontré que des jeunes filles danoises de 16 ans ou moins épousent des hommes musulmans lors de mariages islamiques, sans le consentement de leurs parents et avant leur majorité, comme cela devrait être d’usage selon la loi danoise. Selon le ministère de la justice, ces mariages ne sont pas légalement valables, mais les filles signent un contrat de mariage islamique qui inclut une dot, et qui les tient à certaines règles.

Personne ne sait exactement combien de mariages ont été célébrés ces dernières années, mais le quotidien Berlingske vient de faire part du témoignage de Christina Palshøj Schultz (photo), qui a épousé son petit ami musulman lorsqu’elle avait 17 ans, sans l’accord de ses parents. Son père a décidé de ne plus jamais lui parler. Selon Birgitte Karlsson, du centre de soutien Etnika, cet example n’est pas un cas isolé. « Je pense qu’elles ne sont pas assez matures pour prendre des décisions si importantes. Cela ne devrait jamais arriver », commente-t-elle.

Le mariage musulman oblige les filles à se tenir à des règles sociales et religieuses bien plus strictes que dans le mariage danoise. Anne Sofie Roald, professeur en histoire religieuse et spécialisée dans l’islam à l’université de Malmö en Suède, est du même avis. « Beaucoup de converties veulent être de bonnes musulmanes, et pensent que tout ce que l’homme leur dit de faire, c’est la loi ».

Selon l’article 1 de la loi danoise sur le mariage, il faut avoir plus de 18 ans pour se marier. « C’est seulement quand on est assez âgé qu’on comprend les conséquences d’une telle décision », commente Linda Nielsen, professeur et spécialiste de la famille. « Nous n’aimons pas les mariages d’enfants au Danemark ».

L’imam Shahid Mehdi, de la Société de la Foi Islamique, refuse d’admettre que de tel mariages avec des adolescentes ont eu lieu. « La Société de la Foi Islamique ne marie pas de filles en dessous de 18 ans. Nous demandons un certificat de mariage de la part de la municipalité. Mais peut-être qu’il y a des imams pas très regardants qui font cela. »

La chef du comité sur l’intégration au Parlemant, Karen Jespersen, veut absolument mettre fin à des mariages d’adolescentes. « Les imams abusent de leur pouvoir pour célébrer des mariages. Ils savent très bien que c’est contre les lois danoises sur le mariage. Je pense qu’ils devraient être punis par des amendes, des peines d’emprisonnement ou être expulsés ».

Paru sur Irréductible Gauloise, traduction de Berlingske (source originale)

Pour le magazine l’Express, l’islam sera un thème de l’élection en 2012

Posted: 28 Jan 2011 04:00 PM PST

Et c’est bien là ce que nous espérons ! Un débat public pour mettre fin à ce déni de démocratie. Le peuple français s’est jusqu’ici vu imposer une islamisation rampante et n’a eu d’autre choix que de la subir en silence. Il est plus que temps qu’un véritable débat public ait lieu sur la question, et que des partis politiques ôtent leurs œillères idéologiques et se saisissent à bras le corps de la problématique de l’islam.

Car ce à quoi nous sommes confrontés, c’est ainsi que le disait si justement Wafa Sultan, « un choc entre une mentalité qui appartient au Moyen-Âge et une mentalité qui appartient au XXIe siècle. C’est un choc entre la civilisation et l’arriération, entre civilisé et primitif, entre barbarie et rationalité. C’est un choc entre liberté et oppression, entre démocratie et dictature. C’est un choc entre les droits de l’homme d’un côté, et leur violation d’un autre côté. C’est un choc entre ceux qui traitent les femmes comme des bêtes et ceux qui les traitent en êtres humains. ».

C’est un combat qui doit naturellement transcender les questions d’appartenance aux différentes chapelles politiques, c’est un combat qui concerne chacun d’entre nous. Nous ne pouvons vraiment que souhaiter que l’islam et sa place dans la société française deviennent un thème majeur de l’élection de 2012.

L’opinion se crispe, la droite se saisit du sujet, la gauche se tait, Marine Le Pen se lâche: la place de la religion musulmane devient un sujet majeur du débat public.

Ce sera une première. Sans doute, pendant la campagne de 2012, entendra-t-on davantage parler de l’islam que d’immigration. Plusieurs enquêtes ont montré un raidissement spectaculaire de l’opinion. A l’automne, l’Ifop révèle que, pour 76 % des classes moyennes, “l’islam progresse trop en France“. Le sondage choc publié par Le Monde du 5 janvier confirme : 42 % des Français estiment que “la présence d’une communauté musulmane en France constitue une menace pour le pays“. Le premier mot qui correspond le mieux à l’idée que les sondés se font de cette religion: “le rejet des valeurs occidentales“, puis “le fanatisme“. En vingt ans, le pourcentage de Français opposés au port du voile dans la rue progresse de 28 points. Une crispation qui n’épargne pas les citoyens de gauche : ces derniers sont, par exemple, 39 % à juger “trop importantes” l’influence et la visibilité de l’islam en France.

Un autre signe montre la prégnance de ce thème. Actuellement perçu comme peu convaincant, lors de ses interventions télévisées, par ses concitoyens, Nicolas Sarkozy recueille une forte approbation, le 16 novembre, quand il se prononce pour “des lieux de culte pour les musulmans“, mais contre “des minarets” et, le 31 décembre, lorsqu’il martèle que la loi interdisant la burqa serait “appliquée dans l’esprit comme dans la lettre“.

Le sentiment de “ne plus se sentir chez soi

Alors que le président du Conseil des démocrates musulmans de France, Abderrahmane Dahmane, rejoint l’Elysée comme conseiller, ainsi que l’a révélé Le Figaro le 22 janvier, le chef de l’Etat s’emparera prochainement de la question des prières des musulmans dans la rue. “Le débat sur l’identité nationale a été raté, mais un peuple a besoin d’une identité, avec ses valeurs fondamentales, explique Claude Guéant. Dans cette méfiance à l’égard de l’islam, il y a cette quête.” Le secrétaire général de la présidence a été interpellé, encore récemment, par un député sur les difficultés posées par le développement des restaurants proposant de la viande halal.

Le ministre Bruno Le Maire, chargé du projet au sein de l’UMP, a, lui aussi, été frappé par les remarques entendues lors de ses vacances de fin d’année au Pays basque - du sentiment de “ne plus se sentir chez soi” à l’inquiétude qu’inspire le sort des chrétiens d’Orient. A la demande du chef de l’Etat, il fera de la place de l’islam en France l’un de ses axes majeurs de réflexion.

Une forme de malaise du PS sur le sujet

Les responsables de l’UMP veulent d’autant plus se saisir du sujet qu’ils sentent une forme de malaise à gauche. Le PS n’avait pas su adopter une attitude lisible lors du vote de la loi sur la burqa, au grand dam d’un Manuel Valls, l’un des rares socialistes à se montrer en pointe sur le terrain de la laïcité. “L’islam renouvelle la problématique classique sur l’immigration, qui reste l’un des angles morts de notre pensée“, reconnaît le socialiste Alain Bergounioux.

Marine Le Pen (que 54 % des sympathisants UMP, mais aussi 18 % des sondés proches de la gauche avaient soutenue dans son parallèle entre les “prières de rue” des musulmans et l’Occupation) n’a pas ces complexes. A Tours, le 16 janvier, pour son premier discours comme présidente du FN, elle a été particulièrement applaudie quand elle a dénoncé des “interdits religieux alimentaires“. Passant l’immigration sous silence, elle s’est contentée d’insister sur des “traditions“, des “modes de vie“, des “coutumes“.

Paru dans l’Express
Signalé par Roge
r

[vidéo] Pat Condell : “Criminelle vérité” - sous-titré en Français

Posted: 28 Jan 2011 12:23 PM PST