sur site le 27-10-2003
-la chronique de Marc Lysset
Septembre 2003
"Aux Échos d'Alger ", n°82

17 Ko / 10 s
précédent
retour
suivant


-------Liberté Egalité fraternité... Laïcité

LAÏCITÉ. Beaucoup plus qu'un mot, un dogme.
LAÏCITÉ. Une règle de vie dans une société pluri-confessionnelle pour que cohabitent, sans s'entre-déchirer, ceux qui croient au ciel et ceux qui n'y croient pas.
LAÏCITÉ. Pilier de l'identité républicaine. Certains rêvent de te voir gravée au fronton des bâtiments publics intégrant ainsi la devise de la Nation française.
LAÏCITÉ. En brandissant ton étendard d'autres ont obtenu que la future Constitution de l'Europe ne fasse pas référence à son héritage judéo-chrétien. Avaient-ils conscience de faire le jeu de tous ceux pour qui la laïcité est un mot vide de sens en adoptant le point de vue d'un grand Européen (!!!), le Premier ministre turc pour qui " L'Union européenne n'est pas une nation chrétienne, ni géographique (?) mais un ensemble de valeurs politiques ".
-------Chaque jour, combien sont-ils à penser que la laïcité réglera seule tous les problèmes quand, au même instant, ils sont aussi nombreux à la bafouer ouvertement?
-------Vous croyez que j'exagère. Accordez-moi quelques minutes. Je vais vous démontrer que, pour beaucoup, dans notre belle France tout comme ailleurs, en Europe, la laïcité représente le passé.
-------Je ne citerai que pour mémoire ces jeunes filles qui exigent d'être admises voilées dans les classes de nos écoles laïques. On en a beaucoup parlé. Beaucoup trop même. On a tenté de leur trouver des excuses. Elles sont encore très jeunes. Facilement influençables. Elles subissent la pression du père, des grands frères.
-------Seulement voilà, petites filles deviennent grandes et alors c'est dans l'Enseignement Supérieur qu'on les voit arriver avec leur voile. Les exemples ne manquent pas. Je n'en retiendrai qu'un. À l'Institut National des Langues Orientales, les prestigieuses Langues O ", on comptait récemment, dans la section " Arabe ", une quinzaine d'étudiantes entièrement voilées, visage couvert et mains gantées. Bien entendu, elles se tenaient très loin d'une dizaine de garçons portant djellaba blanche et calot qui essayaient de jouer aux barbus. Malheureusement, pour eux, le poil ne pousse pas sur commande au menton.
-------D'autres jeunes filles, originaires du Maghreb, réagissent, discrètement car, " à quoi bon se faire traiter d'infidèles ou de mécréantes ". Elles remarquent que " ces costumes, directement importés des pays du Golfe, n'ont jamais été arborés par nos pères ". Mais qui se trouve vraiment embarrassé? Le Directeur des Langues O. Comment, derrière leurs voiles, distinguer Zohra Bent X... de Rachida Bent Y... ? Alors, on ruse. On use de subterfuges. On - c'est-à-dire une Enseignante, surtout pas un professeur mâle - invite poliment, presque en s'excusant, les élèves voilées à se rendre dans une cour isolée et à écarter un coin de leurs voiles. Pour éviter les conflits, on laisse faire quand deux barbus chahutent, perturbent le cours d'arabe au prétexte que de la musique est diffusée et que le Coran l'interdit !
-------On tente de parlementer quand les mêmes contestent à une enseignante la possibilité de lire des versets du Coran. Son crime? C'est une femme et, de plus, elle n'est pas musulmane. Appelé à la rescousse, le cheik d'al-Azhar (l'Université du Caire) ne peut pas davantage se faire entendre et doit se résoudre à donner lui-même lecture des textes sacrés.
-------Ces incidents font tache d'huile. Comme on s'est résigné au laxisme dans la section " Arabe ", la contestation, le désordre s'étendent. Les pro-soviétiques et les " capitalistes " s'opposent maintenant dans la section " Russe " tandis que dans le département " Hébreu " sont sorties les kippas et que s'affrontent les orthodoxes et les libéraux.
-------Voilà ce que tolère, dans ses Etablissements scolaires et universitaires, la France qui se veut le champion de la laïcité. N'est-ce pas le Président CHIRAC qui, s'opposant à Valéry GISCARD D'ESTAING, a déclaré qu'il n'est pas question d'évoquer l'héritage chrétien de l'Europe?
-------D'autres cas symptomatiques? Souvenez-vous de cette candidate avocate qui prétendait prêter serment sous son voile. L'imaginezvous, plus tard, plaidant, toujours à l'abri des regards masculins, en Correctionnelle ou aux Assises ?
-------De plus en plus fréquemment, on peut lire dans la presse que les tribunaux ont eu à se prononcer à la suite du licenciement d'employées qui s'obstinaient à vouloir exercer leurs fonctions la tête recouverte du foulard islamique. Comme les décisions rendues ne donnent satisfaction qu'à une seule des deux parties, il y a appel. Et après, on déplore l'encombrement des Palais de justice. En l'absence de lois traitant du sujet, les tribunaux jugent suivant des critères que le profane ne comprend pas. Quand certains ne trouvent rien à redire au port du voile, d'autres ne l'admettent pas tel ce Tribunal Administratif qui, dans son délibéré, a considéré que " son obstination (de la part d'une fonctionnaire) à arborer depuis le 8 octobre 2001 une coiffe lui couvrant entièrement la chevelure " porte " gravement atteinte au principe de la laïcité de l'Etat et de la neutralité de ses services ". Ne me demandez pas pourquoi c'est moins d'un mois après les tragiques événements du 11 septembre que l'intéressée a jugé qu'elle ferait bien de se voiler?
-------A l'Assemblée Nationale, durant l'une des séances consacrées à la discussion du projet de loi sur les retraites, une femme portant un voile s'est installée AU PREMIER RANG dans les tribunes réservées au public.
-------Alerté, Jean-Louis DEBRE, qui présidait, n'a pu que constater le fait tout en déclarant qu'il ne pouvait rien faire, car " il n'y a pas de texte qui nous interdisent de faire venir quelqu'un. Et cette femme n'était pas dans l'hémicycle ".
-------Plusieurs députés, de la majorité comme de l'opposition, ont exprimé leur réprobation. Quant à venir voilée au premier rang du public, n'est-ce pas une forme de provocation?
-------Ce n'est pas tout. Maintenant des villes de France, petites ou plus importantes parmi lesquelles LILLE (qui en est maire?), STRASBOURG, SARCELLES..., ont aménagé les horaires d'ouverture des piscines municipales afin de les réserver aux femmes à certains moments de la journée. Durant ces créneaux, les hublots sont calfeutrés, le personnel est exclusivement féminin. Ces dames sont vraiment entre elles. Comme lorsqu'elles allaient passer l'après-midi au hammam ou encore quand, au harem, leurs mères attendaient le retour de leur seigneur et maître. Mais ne dites surtout pas qu'elles sont parquées en ce lieu.
-------Ceux qui les ont prises ne jugent pas critiquables de telles initiatives, si tant est qu'ils aient pris des initiatives: Pour se justifier ils répondent: " Ce sont des femmes qui n'allaient jamais à la piscine ". Les mêmes devaient probablement manifester contre
l'apartheid en Afrique du Sud. Ils ne se rendent pas compte qu'ils sont en train de l'instaurer sous une nouvelle forme en France.

 

-------Refusant d'accéder à semblable demande, le député-maire d'une grande ville a rétorqué que, demain, on en viendra à prévoir des emplacements distincts dans les transports en commun, les salles de
spectacle, etc. pour éviter le mélange des sexes.
-------De son côté, dans un magazine féminin, une lectrice s'inquiète. Si on n'y prend pas garde des plages pourront de la même façon être dédiées à la gent féminine. Un premier pas a été franchi. Sur
quelques plages, dont l'Estaque près de MARSEILLE, on voit déjà des baigneuses entrer dans l'eau vêtues de leur sarouel ou jean avec, par-dessus, une robe les dissimulant jusqu'aux pieds.
-------Nous vivons dans un monde en constante évolution, parfois rétrograde comme nous venons de le constater. Aussi qui peut jurer que ne viendra pas le temps où les hommes diront à leurs femmes, à leurs filles: " Votre place n'est pas à la piscine ou à la plage, ni dans les salles de spectacle. Votre place est à la maison pour y préparer le couscous et le thé à la menthe ".
-------Mais allez-vous me demander : " Que font donc mesdames les féministes et les chiennes de garde sans oublier tous les chantres de la laïcité ? ". Vous avez raison. Qu'attendent les uns et les autres pour crier... gueuler leur colère, leur indignation? Qu'attendent ces dames pour se préoccuper du sort de leurs soeurs voilées? Les verra-t-on défiler un jour dans les rues de nos villes en exigeant qu'un terme soit mis à des pratiques d'un autre âge? Et si le tissu fait défaut pour la confection de banderoles qu'elles les découpent dans les voiles sous lesquels survivent d'autres femmes.
-------Pour terminer je ne peux m'empêcher d'évoquer le projet de construction d'une mosquée à CERGY-PONTOISE, dans le VAL D'OISE, pas très loin de PARIS. Un problème n'a pas encore été réglé. Celui de la hauteur du minaret. Pour les concepteurs du projet, ce minaret devrait dépasser, en hauteur, le clocher de l'église. Pour le maire, qui ne paraît pas s'en émouvoir, " ce n'est qu'une question de principe " sans grande importance.
-------Monsieur le maire ignore l'importance que revêt pour les musulmans la hauteur de leur minaret qui doit dominer tous les autres édifices religieux. L'Arabie Saoudite, qui interdit la construction de tous temples, églises, voire petites chapelles chez elle, n'a-t-elle pas eu l'audace " d'exiger " de Rome que la mosquée qu'elle prévoyait de financer domine le clocher de Saint-Pierre!!!
-------Laïcité. Laïcité. Ce mot conservera-t-il un sens dans notre pays? C'est le Président de la République, en personne, qui relevait: " La mise en ceuvre concrète (de la laïcité) se heurte à des difficultés nouvelles et grandissantes, comme si, insensiblement, l'exigence laïque s'estompait derrière les consensus de façade ".

La terre a tremblé en ALGERIE

-------Cette nouvelle ne pouvait pas laisser les Rapatriés indifférents. Bien qu'étrangère aujourd'hui, cette terre demeurera, jusqu'à leur dernier souffle, leur terre natale.
-------Les anciens se souviennent encore du séisme qui, en 1954 - funeste année -, ravagea la région d'ORLEANSVILLE. On le ressentit plus de 200 kilomètres plus loin, à ALGER et dans ses environs.
Pas rancunière pour un sou, ni même pour des euros, la France, comme elle l'avait déjà fait lors des inondations de BAB-EL-OUED, a manifesté sa solidarité par une aide de qualité. D'ailleurs le Président algérien s'est précipité à Paris moins de 15 jours après l'événement. Les mauvaises langues prétendent qu'il vint plus rapidement à Paris que dans les zones sinistrées.
-------Bien entendu quand on dit " la France ", il faut traduire les contribuables qui, il n'y a pas loin du substantif au verbe, contribuent. Pour leur part, les Rapatriés n'auraient pas été très généreux lors des collectes organisées par des Associations humanitaires. Il faut les comprendre. Ils ont déjà tant donné. Ou plutôt on leur a tant pris. C'était il y a 41 ans, mais ils n'ont rien oublié.
-------Mais ne nous égarons pas. Mon projet était de vous dire quelques mots des prêches des imans intégristes. Hommes de réflexion, ils ont recherché une explication, les causes de ces mouvements de la terre. -------Pourquoi ce tremblement? Ils ont trouvé. Surtout n'allez pas leur parler de sismologie, de tectonique. Les conclusions des savants qui ont étudié ces phénomènes, la théorie des plaques, les failles de l'écorce terrestre, foutaises que tout cela.
-------La terre a tremblé. Mais bien sûr c'est pour punir les " femmes dévergondées ". Comment en douter, " C'est une punition de Dieu, en colère contre les femmes dénudées, impudiques, qui ne portent pas le hidjab (foulard islamique) ".
-------Pour tempérer ces accusations, un représentant du Ministère des Affaires religieuses croit devoir corriger: " Ce n'est pas la faute des femmes, mais celle de leurs tuteurs mâles, pères, frères, maris, qui ne les obligent pas à se voiler ".
-------Que répondre à de tels propos ? Pourquoi pas affirmer, en suivant le même raisonnement que, si l'ALGÉRIE, les Algériens ont été punis, c'est parce que, il y a quelques années, ils se sont mal conduits à l'égard des malheureux Pieds-Noirs et des Harkis.
-------Une dernière remarque. BOU-MERDES a été la plus touchée. Autrefois, BOU-MERDES s'appelait LE ROCHER NOIR. C'est là que le dernier Haut Commissaire de la France a remis les clés de l'ALGÉRIE, et toutes ses richesses, à Abderhamane FARES, Président de l'Exécutif provisoire. Par ce geste était signé l'acte de décès de l'Algérie française.
-------Pourquoi tant de dégâts au ROCHER NOIR, pardon BOUMERDES? Non, n'attendez pas de moi que j'en tire une conclusion.