sur site le 04-06-2003
-la chronique de Marc Lysset
Septembre 2002
"Aux Échos d'Alger ", n°78

17 Ko / 10 s
précédent
retour
suivant

L'Independance Day de l'Algérie septembre 2002
-----Vous l'avez remarqué vous aussi, au début du mois de juillet, pour saluer l'anniversaire de l'installation d'un nouveau pouvoir en Algérie, les Radios, les chaînes de télévision ont longuement évoqué notre terre natale avec rappels de la sale guerre déclenchée le 1er novembre 1954, présentation de la situation actuelle, avec des séquences plutôt cocasses, comme cette livraison d'eau douce par citerne à Oran aussi bien à un immeuble loué avant que soit réalisés les branchements d'eau et d'électricité qu'à ceux dont les robinets ne laissent couler qu'une eau saumâtre. Le tout avec la participation de témoins aussi impartiaux que Vidal-Nacquet ou le stalinien de service d'Alger Républicain.
-----De son côté, la presse écrite ne fut pas en reste et " célébra " l'événement avec des pages spéciales, des numéros hors série.
N'insistons pas. Nous connaissons tous l'intérêt que notre pays porte à une certaine vision d'un passé qui nous a tous profondément marqués.
-----Par curiosité, j'ai souhaité savoir comment, 40 ans plus tard, l'Algérie a fêté son accession à l'indépendance. Au fait, comment traduit-on " INDEPENDANCE DAY " en arabe? Qui peut encore le dire?
-----Je n'ai rien oublié du 5 juillet 1962 à Alger avec la foule hurlant sa joie, son bonheur, juchée sur des véhicules dont les propriétaires avaient dû " s'éloigner ", les fiers soldats de l'A.L.N. savourant leur " victoire " en défilant l'air martial et les cris, assourdissants, étourdissants, les " You-you!", les " Ben bella ya ya !" mille fois répétés.
-----Comment les Algériens ont-ils vécu le 5 juillet 2002? Et bien, il paraît que l'enthousiasme s'est refroidi, l'allégresse s'est éteinte. Certes, il y a eu quelques colloques et débats. Mais les cérémonies commémoratives ont été sobres, discrètes. Une simple gerbe déposée par le Président. Pas de défilés tonitruants, pas de bals. Pas de feux d'artifice. Oui, vraiment, quel changement!
Sans vouloir ironiser, notons que ce qui provoqua le plus de bruit, ce fut l'explosion d'une bombe dans la Mitidja. A nouveau, il y eut de nombreuses victimes. C'est ainsi. 40 ans après la fin de la guerre, les poseurs de bombes sont toujours actifs en Algérie.
-----Maintenant une remarque d'un étudiant qui, dans un mémoire consacré à l'Algérie, de 1830 à nos jours, conclut que l'histoire de ce pays se résume à:
-132 ans de présence française qui l'ont sorti du chaos,
-30 ans de dictature militaire,
- 10 ans de démocratie en trompe-1'oei1 sur fond de terrorisme religieux avec retour au point de départ. L'implosion guette.
Il y a aussi Aammi Saïd, ancien fellagha dans les montagnes d'Azazga, qui témoigne. En 1963, il a repris le maquis avec le F.F.S. de Hocine Ait Ahmed. Arrêté en 1964, il fut torturé et emprisonné, sans procès, pendant de longs mois. Cet ancien des maquis kabyles ne dénonce pas la torture de l'armée française mais celle qu'ont ordonnée des hommes ayant profité de son combat pour atteindre les plus hautes fonctions.
-----Ce qui le révolte le plus, " ce sont ces maquisards de la 25e heure qui veulent partir en guerre, aujourd'hui, contre la France, au nom de l'arabo-islamique. Quand il fallait se battre... et que cela comportait des risques, ils étaient plutôt discrets ".
-----Quand on rassemble ses souvenirs, quand on revoit l'époque de la " libération " , après 1945, on se dit que décidément l'histoire est un éternel recommencement.
-----Laissons la conclusion à la Coordination des Comités de villages kabyles qui avait prévu un rassemblement pacifique à Alger pour commémorer, à sa manière, l'indépendance. Son principal mot d'ordre " 40 ans, ça suffit " . Nous aussi, combien de fois n'avons-nous pas clamé " Ça suffit " devant les attaques dont nous sommes l'objet? Alors... Pas de commentaires.

 

 

ACTUALITÉ: "N'oubliez pas vos papiers "septembre 2002

-----Les " SANS PAPIERS " ? Autrefois, avant que ne soit inventé le Politiquement Correct, on les aurait appelés plus simplement des Hors la loi. Mais cela ne se fait plus. Alors, vivons avec notre temps et va pour les SANS PAPIERS.
-----Qu'est-ce qu'un SANS PAPIERS? C'est un homme ou une femme qui a quitté son pays, quelquefois pour des raisons politiques mais, le plus souvent, pour ne pas mourir de faim. Désespéré, il est parti, à l'aventure, à la recherche d'un eldorado où, lui a-t-on dit, il trouvera, avec du travail, le vivre et le couvert.
-----C'est ainsi. Le SANS PAPIERS est un malheureux que l'on a trompé en lui faisant croire qu'il allait trouver le bonheur ailleurs. Qu'on l'y attendait. Bien sûr, ce n'est pas vrai. Mais personne ne lui a fait savoir qu'ailleurs il y a également des chômeurs, des chômeurs fréquemment plus qualifiés que lui.
-----Comme il ne possède pas de contrat de travail, de visa, le SANS PAPIERS est un malheureux qui, avant même de quitter son pays, va se faire escroquer par d'ignobles passeurs. Ils le déposséderont des quelques sous épargnés par sa famille. Ils le contraindront à s'endetter. Tout cela pour, ensuite, le déposer sur une plage déserte, l'enfermer dans un wagon ou un camion de marchandises quand ils n'iront pas jusqu'à l'abandonner sur une frêle coquille de noix au milieu de la mer.
-----S'il parvient à surmonter toutes les épreuves de cette première étape, le SANS PAPIERS se retrouve en situation irrégulière, disposant de peu de moyens pour survivre, dans un pays étranger qui ne l'a pas invité, qui ne l'attendait pas, un pays dans lequel il a pénétré clandestinement.
-----Quand il parvient à dénicher un travail, c'est " au noir ", puisqu'il n'a aucun papier sur lui. En effet, pour lui éviter une expulsion vers son pays d'origine toujours les mêmes lui ont conseillé de détruire passeport, pièce d'identité, bref tout document permettant de déterminer sa nationalité.
-----Quand un employeur acceptera de l'embaucher, ce sera, en général, un individu originaire de son pays, de sa région, qui en prétendant lui offrir son aide l'exploitera odieusement. C'est le cas notamment dans les ateliers de confection clandestins crées par des Chinois. Pour lui, pas de semaine de 35 heures mais, bien souvent, 35 heures en deux jours.
-----Le SANS PAPIERS est malheureux. Gardons-nous de l'accabler. Reconnaissons-le, c'est un déraciné, un transplanté. Certes, il a choisi son sort. Aurait-il choisi le même s'il n'avait pas été mal informé? Mal conseillé? En lui faisant miroiter mille félicités, on lui a dissimulé la vérité. Il est malheureux parce qu'on lui a caché que le pays d'accueil " forcé " ne peut pas recevoir toute la misère du monde.
-----Mal conseillé, il continuera de l'être par tous ceux, et ils sont nombreux, qui, sous prétexte de l'assister, le défendre, n'auront de cesse de lui répéter qu'il a tous les droits: Droit au travail, Droit à un logement, etc.
-----Ce sera un enchaînement. Convaincu qu'il a tous les droits, le SANS PAPIERS va devenir revendicatif, agressif. Alors qu'il est en situation irrégulière, au lieu d'éviter de se monter, il va manifester, réclamer, exiger et, pour commencer la régularisation, sans conditions, de sa situation.
-----Pour attirer l'attention sur son sort, il choisira de camper dans un lieu de culte. II est, en général, de confession musulmane. Pourtant ce n'est pas dans une mosquée qu'il se réfugiera. Il préférera l'hospitalité d'une église... et pas seulement parce que, dans une église, il y a des chaises, ce qui est bien pratique pour se reposer. On l'a vu à l'église Saint-Bernard à Paris et, depuis, dans bien d'autres églises dont, tout récemment l'église de Sainte-Geneviève-des-Bois et l'église Saint -Nizier à Lyon.
-----Il arrivera que, quittant pour quelques heures le 16è arrondissement ou NEUILLY, des représentants de l'intelligentsia, des artistes tiennent compagnie aux SANS PAPIERS. Dans ce cas, ils prennent soin de bien figurer sur les clichés des photographes et cadreurs de la télévision.
-----S'ils disposent de loisirs, ils passent la nuit avec les SANS PAPIERS telle cette actrice bien connue qui ne comprenait pas que le curé de Saint-Bernard ne veuille pas éteindre " la petite lampe rouge qui la gênait dans son sommeil ".
-----Enfin le SANS PAPIERS deviendra agressif. Il menacera comme l'a fait Romain Binazon, Président de la Coordination nationale des Sans Papiers, par ailleurs interdit de territoire à deux reprises, qui n'a pas hésité à proclamer, au lieu de retourner dans son Bénin natal : «On prépare une opération musclée pour le mois de septembre. On n'a plus rien à perdre. La droite et l'extrême droite, c'est pareil. S'ils sont toujours prêts à donner des coups de hache dans les églises où nous sommes retranchés, qu'ils viennent. On les attend ".
-----Voilà le Gouvernement averti. On verra bien si un Gouvernement averti en vaut deux. Quant à nous, devant les menaces, pouvons-nous continuer à éprouver de la compassion pour les SANS PAPIERS?
-----Moi tandis que les clandestins se considèrent en pays conquis, je ne fais pas le moindre pas dans la rue sans m'être assuré, plutôt deux fois qu'une, que je n'ai pas oublié ma carte d'identité.
Permettez-moi de vous conseiller d'en faire autant.