Alger, la casbah
UNE CITÉ NOUVELLE INDIGÈNE À BON MARCHÉ À ALGER
Une visite des chantiers, avant l'inauguration officielle

A leur tour les familles laborieuses indgènes d'Alger vont posséder, grâce à l'heureuse initiative de M. Pierre Bordes, gouverneur général de l'Algérie, leur cité à bon marché, dont nous reproduisons ci-dessus la photographie.

C'est la première fois que pareille tentative de maisons collectives pour indigènes est faite en Algérie. Ce groupe d'habitations édifiées sur un terrain comprenant 4.500 mètres carrés et situé sur les hauteurs de la Casbah, à proximité du boulevard de Verdun, comprendra trois immeubles, véritables gratte-ciels d'où se découvre une vue superbe embrassant toute la ville et ses environs.
(suite dans l'article)

Echo d'Alger du 25-9-1930 - Transmis par Francis Rambert

sur site : octobre 2014

2.- UNE CITÉ NOUVELLE INDIGÈNE À BON MARCHÉ À ALGER
Afrique illustrée du 11-10-1930 - Transmis par Francis Rambert

La " Cité Indigène " d'Alger.
La crise du logement est, de tous les problèmes qui se sont posés depuis la guerre, celui qui a le plus préoccupé l'opinion publique et les milieux compétents.

Notre intention n'est pas ici de rechercher les i causes de cet état de choses ni de dénoncer les véritables coupables.

Nous constaterons seulement que beaucoup de propriétaires ont manifesté trop souvent une mauvaise foi évidente, sous le prétexte maintenant traditionnel qu'ils étaient accablés de charges et d'impôts. Et cet état d'esprit, loin d'apporter une solution à la situation pénible dans laquelle se débattaient nombre de petits locataires, ne faisait au contraire qu'aggraver la difficulté.

Des mesures énergiques s'imposaient. On vota des lois. On fit des procès. Les dossiers s'amoncelèrent sur les étagères poussiéreuses des Administrations. Cela ne suffisait pas et la création d'un Office d'Habitations à Bon Marché vint heureusement mettre un terme à ce régime de tâtonnement. Des immeubles spacieux, pourvus du dernier confort, s'élevèrent un peu partout en France et aux Colonies. Ces véritables cités, qui mettent à la disposition du public des logements dont le prix est minutieusement établi, sont de plus en plus en vogue et il semble qu'il y ait là une précieuse indication pour les projets d'extension des grandes villes modernes.

En Afrique du Nord, à Alger notamment, les habitations à bon marché répondent à une nécessité absolue. Nos édiles l'ont compris qui ont décidé leur construction sur une vaste échelle. Mais, jusqu'ici, les indigènes n'avaient pu bénéficier des mêmes privilèges que les Européens. Grâce à une décision heureuse, cette regrettable lacune est aujourd'hui comblée et la Cité Indigène d'Alger, mise en chantier il y a quelques mois, va être inaugurée officiellement ces jours-ci. Édifiée tout près de la Médersa sur un terrain de 4.500 mètres carrés, elle se compose de trois immeubles. Chaque immeuble comprend soixante quatre logements de deux, trois et quatre pièces, avec eau courante, gaz et électricité. Dans les sous-sols on prévoit l'aménagement d'un dispensaire, toujours à l'usage des indigènes.

Cette très belle réalisation est due aux efforts conjugués de MM. Preuilh, architecte, et Amroune Abdelkader, entrepreneur, auxquels nous sommes heureux d'adresser nos sincères compliments.


sur site : juin 2021

450 Ko
retour
 

:”Groupe d'Immeubles indigènes - Bd de Verdun rue des Maugrebins et Ramon Rull - Office d'HBM -

la casbah d'Alger,une cite indigene nouvelle

cite indigene