LE PORT D'ALGER
Le service du pilotage à Alger
1.- Lancement de la vedette « Delacroix»

Le service du pilotage d'Alger va bientôt devenir un organisme indépendant. Comme ses grands frères de la Métropole il aura son autonomie, s'appellera le « Syndicat des pilotes " et ne dépendra désormais plus de la Commission administrative qui, encore aujourd'hui, a la charge de le contrôler. Il sera placé sous la direction d'un pilote-major nommé par le Gouvernement général (tout comme le pilote-major du Havre, par exemple, est nommé par les Services de la marine marchande rattachés au Ministère des travaux publics.
Il n'y a aucune raison pour que cette réorganisation du pilotage à Alger ne donne les excellents résultats qu'out enregistrés les ports importants de France.
Les pilotes algériens ont les qualités indispensables au bon fonctionnement de ce service pénible : technique, hardiesse, sang-froid, discipline ; que nous avons du reste eu maintes fois l'occasion de signaler.
(suite dans l'article.)

extrait de l'Echo d'Alger du 10-1-1929 - Adressé par Francis Rambert
sur site :déc. 2017
1.- Secourus par une vedette du Pilotage avec maître Rambert*, commandant
*Grand-père de Francis Rambert.
extrait de l'Echo d'Alger du 6-10-1929- Adressé par Francis Rambert

sur site :janvier 2018

270Ko
retour
 
Le service du pilotage à Alger
Grand-père de Francis Rambert.

Voie "école maritime

rambert patron au bornage